Le Gen Verde en tournée au Panama et en Amérique Centrale


Les focolarines du Gen Verde racontent leur vécu en Grande-Bretagne et au Luxembourg, au Panama pour la JMJ. Leur voyage se poursuit à Cuba, au Guatemala et au Salvador.

Dans votre dernier album « From the inside outside », vous portez un regard positif sur les personnes: chacun a la possibilité de découvrir en lui cette lumière qu’il peut apporter aux autres. C’est le cas ?

Adriana: Aujourd’hui, on entend souvent dire que la société traverse une nuit culturelle tapissée « d’obscurités » et de divisions de plus en plus visibles. Le message de cet album veut être une invitation à faire ressortir et ranimer cette espérance qui est peut être cachée sous les cendres. L’album naît de l’expérience faite avec des milliers de jeunes lors de nos tournées. Grâce au projet « Start Now », un programme composé d’ateliers artistiques et d’un concert final, nous avons la possibilité de vivre en contact étroit avec les nouvelles générations. Nous sommes conscientes des défis que ces jeunes doivent relever, mais aussi de leurs beautés. Souvent nous leur offrons notre expérience, mais jamais d’en haut comme quelqu’un qui a déjà tout résolu. Au contraire, nous regardons avec eux les défis en face, nous cherchons de les relever et d’apporter une réponse. Plusieurs nous ont dit : « Quand je rentrerai chez moi, les circonstances extérieures n’auront pas changé, mais ma façon de les gérer sera différente ».

Pensez-vous que la musique, le chant et la danse fonctionnent pour entrer en contact avec les jeunes ?

Sally: Les disciplines artistiques ont précisément ces caractéristiques : elles facilitent le dialogue, l’ouverture et nous sommes souvent surprises par les résultats. Un jour, dans une école, une élève souffrant de mutisme sélectif avait décidé d’arrêter de parler. Quand elle s’est inscrite au groupe de chant, nous nous sommes demandées : que fera-t-elle ? Le premier jour, elle n’a pas dit un mot. Le deuxième, elle a remercié, le troisième elle a propsé de chanter une deuxième voix. De retour chez elle en larmes, elle a confié à sa mère : « J’ai retrouvé ma voix ». Les professeurs étaient émus : « C’est incroyable, elle, qui était toujours seule, commence maintenant à s’adresser aux autres et à parler d’elle… ». Ceci n’est qu’un exemple et il y en aurait beaucoup à raconter.

Dans la chanson « Not in my name », vous abordez les relations entre chrétiens et musulmans. Comment est-elle née?

Adriana: Nous avons voulu exprimer notre solidarité avec nos amis musulmans et souligner les valeurs que nous partageons, sachant que beaucoup d’entre eux souffrent parce qu’une fausse représentation des musulmans se répand et que le cœur de leur religion n’est pas ce qui est diffusé par les médias. L’expérience même de créer la chanson est née de l’esprit du dialogue, Nous avons rencontré à Loppiano Mohammad Ali Shomali, Directeur de l’Institut international d’études islamiques à Qum (Iran). Il disait que nous sommes tous des gouttes d’eau qui reflètent le visage de Dieu et qu’ensemble nous pouvons être un océan d’amour. Quand il a lu les paroles de la chanson, il a dit qu’il se sentait exprimé. Pour l’arrangement de la chanson, nous avons fait appel à Rassim Bouabdallah, membre des Focolari de religion musulmane, qui a joué le violon dans l’enregistrement.

Vous vous trouvez actuellement en Amérique Centrale où vous avez participé à la JMG notamment. Comme se déroule votre voyage?

Alessandra: Au Panama, dans les villes de Chitré et de Colón, nous avons réalisé le concert avec des jeunes pour des milliers de pèlerins à l’occasion des JMJ : être sur scène avec eux, c’était écouter et dire à beaucoup de personnes que nous pouvons espérer ensemble. Nous avons vécu une forte expérience à l’Institut criminel féminin de la ville de Panama. Les femmes y vivent une vie vraiment difficile, mais leur écoute était incroyablement profonde : combien d’applaudissements spontanés, combien de larmes pendant les chansons… A la fin, plusieurs d’entre elles nous ont dit qu’il semblait que nous avions vécu les mêmes expériences qu’elles et qu’ensemble nous pouvions nous relever et regarder vers l’avenir, dans un lieu où cela pouvait sembler impossible. Nous avons expérimenté la miséricorde de Dieu qui travaille dans nos vies au-delà de toutes circonstances.

Anna Lisa Innocenti

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *