Porter le Ressuscité dans le monde


Lors de la retraite du Conseil général en Terre Sainte, se sont conclus les trois jours de travail sur la communion des biens, les nouvelles générations et l’Assemblée générale de 2020.

« Ce Jésus qui était enseveli ici et qui est ressuscité veut à présent vivre parmi nous et que nous le portions dans le monde entier. » Le co-président du mouvement des Focolari Jesús Morán a exprimé ainsi son émotion devant le Saint Sépulcre où il a célébré l’Eucharistie avec le Conseil Général. Le mercredi 13 février a été une journée intense et riche : elle a commencé par un réveil à l’aube pour pouvoir entrer dans ce lieu extraordinaire qui semble avoir beaucoup de points communs avec la semaine de retraite que le Conseil Général est en train de vivre en Terre Sainte.
Au Saint Sépulcre, en effet, nous nous sommes retrouvés devant le tombeau laissé vide par Jésus ressuscité. Et de la même manière que ce tombeau vide avait provoqué une multitude de questions sur l’avenir chez disciples de Jésus, le Conseil général s’est laissé lui aussi interroger ces jours-ci, faisant place à des questions sur l’avenir : où le Ressuscité – aussi à travers le mouvement des Focolari – voudra-t-il arriver aujourd’hui ? De ce fait, où devrions-nous concentrer nos forces, nos énergies et nos ressources ?

Ces questions ont sous-tendu les trois grands thèmes abordés ces jours-ci à Jérusalem.
En ce qui concerne l’aspect « communion des biens, économie et travail », le Conseil Général a noté dans toutes les articulations du Mouvement un grand désir de revenir à la radicalité des premiers temps et de vivre avec un nouvel engagement et une nouvelle cohérence la communion des biens. Nous nous sommes interrogés sur la manière de concrétiser ce désir.

La réflexion sur les nouvelles générations des Focolari, deuxième thème traité, a été enrichie par la rétrospective sur le Genfest de Manille et sur les récentes JMJ au Panama, deux étapes qui ont mis en lumière tout le potentiel présent chez les enfants et les jeunes. C’est ce qu’illustrent plusieurs initiatives largement diffusées, comme le projet « Parcours pour un Monde Uni » ou l’engagement pris avec « Zero Hunger » (« Faim Zéro ») qui prévoit de venir à bout de la faim d’ici 2030. Parmi les thèmes de réflexion : comment donner une continuité aux initiatives individuelles en cours pour arriver à tenir ces engagements ?

Enfin, le troisième thème : la préparation de la prochaine Assemblée Générale de 2020. Le Conseil a accordé une attention particulière, d’une part, à la manière de faire en sorte que l’Assemblée reflète la diversité géographique, culturelle et vocationnelle présente dans le Mouvement ; d’autre part, nous nous sommes demandé comment arriver à concilier les exigences de continuité avec celles de nouveauté qui caractérisent le moment que vit actuellement le Mouvement. Une commission préparatoire sera mise en place prochainement pour commencer les travaux à partir de ces deux pistes.
Présenté ainsi, cela pourrait sembler une retraite traversée de nombreuses questions sans réponses. Mais cela n’a pas été le cas. L’intention n’était pas de structurer ce qui s’était dégagé dans un document ou des lignes programmatiques.
Un parcours déjà engagé est apparu, fruit de la vie du Mouvement présent dans le monde entier. Se poser des questions sur ce chemin, se laisser interroger par les grandes questions de l’humanité aujourd’hui, chercher de nouvelles réponses, tirer parti du chemin parcouru et regarder vers l’avenir, peut produire des effets imprévus. Cela peut amener à rencontrer le Ressuscité sur des chemins inattendus, précisément comme cela s’est produit pour les deux disciples qui, ayant laissé la tombe vide, s’étaient mis en chemin vers Emmaüs.

Joachim Schwind

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *