Éradiquer la pauvreté : une semaine de sensibilisation


Avec l’action « End Poverty Week », les Jeunes pour un Monde Uni encouragent les actions concrètes et une campagne sociale pour un monde plus juste.

« La tendance actuelle est au ralentissement de la réduction de l’extrême pauvreté et à l’augmentation de la concentration de la richesse entre les mains de quelques personnes ; elles sont quelques-unes à avoir trop et nombreuses sont celles qui ont trop peu. Beaucoup n’ont pas de nourriture et partent à la dérive tandis qu’un petit nombre se noie dans le superflu. Ce courant pervers d’inégalité est désastreux pour l’avenir de l’humanité ». Ce sont les paroles que le Pape François a adressées la semaine dernière au Fonds international pour le développement agricole ; elles décrivent bien la situation mondiale dans la lutte contre la pauvreté.

En effet, les chiffres dictés par le rapport 2018 de l’ONU sur le fléau de la pauvreté sont impitoyables : 821 millions de personnes dans le monde ont été victimes de la faim en 2017, 6 millions de plus qu’en 2016 et une personne sur dix vit dans l’extrême pauvreté, soit avec moins de 1,25 dollar par jour. Mais la pauvreté peut être vaincue si des mesures sont prises rapidement. Quelles en sont les causes ? Les conflits, les maladies, la sécheresse et le chômage.

Du 17 au 23 février 2019, dans le cadre des « Chemins de l’économie, du travail et de la communion », les Jeunes pour un monde uni ont appelé la semaine de sensibilisation pour l’élimination de la pauvreté : « End Poverty Week ». Cette dernière est incluse dans le projet United World Project, qui prévoit la promotion d’actions visant à surmonter les inégalités en faveur des pauvres d’un territoire, des moments de sensibilisation à une plus grande prise de conscience dans la consommation et la promotion d’une finance éthique. « Nous rêvons d’un monde où plus personne ne sera dans le besoin et où chacun aura la possibilité de développer pleinement son potentiel humain, spirituel, économique et professionnel » – explique Andres Piccinini, argentin, membre des Jeunes pour un Monde Uni.

Une formation est également prévue pour les personnes qui veulent s’engager dans le projet. Au Pôle Lionello Bonfanti (à Loppiano/Italie), il y aura une série de rencontres intitulées Économie, travail et communion.
La proposition vise à promouvoir, personnellement ou collectivement, de petits gestes quotidiens et des actions déjà en place qui peuvent influencer localement l’opinion publique.

Les jeunes pour un Monde Uni écrivent sur leur page Facebook et Instagram : la méthode c’est agir et ensuite partager les actions sur les réseaux sociaux, en utilisant les hashtags #Pathways4unitedworld, #pathway2018, #endpoverty, #unitedworldproject.

Patrizia Mazzola

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *