Chili, favoriser l’intégration sociale


Des chercheurs et des conférenciers de neuf pays d’Amérique et d’Europe ont offert à l’université d’été offre leur contribution du monde académique.

L’égalité est reconnue comme le fondement des sociétés démocratiques. Pourtant, les discriminations persistent dans de nombreux pays. Nous en parlons avec Paula Luengo Kanacri, psychologue et chargée de cours à l’Université catholique du Chili, chercheuse au Centre de Recherche sur les conflits et la Cohésion sociale.

Depuis des années vous travaillez sur l’exclusion sociale. Qu’est-ce qui vous a poussé à l’étude de ces questions ?
Je dirais que c’est l’histoire de mon peuple et mon histoire personnelle. Le Chili est un pays très contrasté : une forte croissance économique et des inégalités considérables. De plus, ma mère venait d’une famille riche et mon père d’une famille pauvre. J’ai enduré la souffrance de l’injustice. J’ai étudié la psychologie et, au contact des jeunes des Focolari, j’ai embrassé l’idée d’un autre monde possible. Après l’obtention du diplôme, j’ai commencé à m’intéresser au comportement pro-social (en faveur de l’autre) et à l’empathie qui peuvent favoriser l’intégration sociale. J’ai été marquée par l’expérience que j’ai vécue à Rome avec les sans-abri. J’ai touché du doigt « la souffrance » de tous ceux qui restent en marge de la société, non seulement les invisibles mais ceux voulus invisibles. Pour comprendre les mécanismes qui peuvent favoriser ou refuser l’intégration, il est nécessaire de l’envisager sous différents angles, disciplines et connaissances. C’est ce que nous avons essayé de proposer à travers l’Université d’été « Développement humain pour tous et pour toutes : les sciences sociales en dialogue pour une société d’intégration », récemment organisée au Chili.

Comment est née l’idée de l’Université d’été ?
Les mouvements étudiants chiliens, actifs depuis 2011, ont obtenu une réforme historique qui offre désormais un enseignement universitaire gratuit aux plus défavorisés. Mais nous avons besoin cependant de la force créatrice du monde académique. L’Université d’été est née au sein de ma participation à des réseaux internationaux de chercheurs et d’universitaires dans le domaine de la psychologie et de la sociologie, inspirés par Chiara Lubich : « Psychologie & Communion » et « Social-One ». Nous avons reçu le soutien du Centre de Recherche sur les Conflits et la Cohésion Sociale (COES) et de l’Université catholique du Chili.

Qui a participé ? Comment s’est-elle déroulée ?
L’ Université d’été a réuni 67 jeunes et 21 professeurs de 8 disciplines sociales de 9 pays d’Amérique et d’Europe. Quatre organisations de la société civile chilienne y ont également participé. Nous avions quatre axes de recherche : intégration et équité entre les sexes ; intégration et migration ; intégration et inégalités ; intégration et violation des droits. Nous avons proposé 8 ateliers sur les techniques d’investigation pour l’étude de l’intégration dans une perspective d’unité. Un espace important était consacré au dialogue avec la société civile. Plus de la moitié des jeunes ont présenté des projets de recherche. L’Université d’été, elle-même, a été perçue comme expérience d’intégration sociale, capable de favoriser un dialogue de qualité scientifique et d’aller au-delà des polarisations. Des personnes ayant des idées et des orientations différentes y ont participé, y compris politiques.

Nous avons essayé de faire en sorte que les différents sujets ne soient pas traités de manière polémique ou polarisée, mais dans un parcours commun vers l’intégration sociale et, par conséquent, dans la perspective d’une lutte contre les discriminations et les ségrégations de sexe, de race, d’ethnie et de classes. Pour une société inclusive, il faut des réponses qui intègrent le niveau individuel au niveau micro, moyen et macro social. Nous aimerions organiser la prochaine Université d’été en tenant compte de la question de l’environnement dans la réflexion sur l’intégration.

Claudia Di Lorenzi

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *