Vers les élections européennes

Europa bandiere

Entretien avec Pál Tóth : « Appliquer le principe de fraternité à l’Europe en tant que catégorie politique signifie construire des institutions qui visent à la collaboration entre toutes les diversités, pour le bien commun ».

Les élections européennes pour le renouvellement des représentants des 27 États membres de l’UE au Parlement européen approchent : 400 millions de citoyens sont appelés à voter à la fin du mois de mai. Deux idées européennes sont en jeu : l’une européiste et l’autre eurosceptique. Une polarisation qui épouse – largement – les frontières géographiques du vieux continent, et voit l’Est et l’Ouest en opposition. Nous en parlons avec Pál Tóth, pour le Mouvement des Focolari, conseiller culturel du Comité d’Orientation d’Ensemble pour l’Europe , un réseau de plus de 300 Communautés et Mouvements chrétiens qui se veut la maquette d’une Europe unie, l’expression d’une « culture de la réciprocité » :

Pal Toth « Il faut garder à l’esprit qu’avec l’élargissement de l’Union, l’application de l’économie de marché et du système juridique démocratique dans les nouveaux États membres s’est assez rapidement mise en route, mais la synchronisation entre les différentes réalités culturelles se fait beaucoup plus lentement. Je parle de « synchronisation » et non pas simplement de redressement ou d’adaptation aux acquis sociaux et politiques de l’Ouest, car je suis convaincu que les Pays de l’Est sont porteurs de valeurs qui sont le résultat de siècles de souffrance et donc d’une importance fondamentale. Pensons à l’amour de la vérité du peuple tchèque de Jan Hus à Vaclav Havel, aux petites communautés nées dans l’Église du silence qui témoignent de l’Évangile vécu, à l’Église populaire de Pologne qui remplit les Églises à l’époque de la sécularisation, aux icônes de l’orthodoxie qui à l’époque de l’image et de la crise du monde peuvent ouvrir de nouveaux chemins au mystère chrétien. A mon avis, l’Est n’est pas encore capable d’exprimer ces valeurs, et il réagit de manière impulsive à des phénomènes qu’il considère comme décadence et déclin moral. Ici, nous n’allons pas seulement de l’avant avec la critique ; nous avons besoin d’un chemin de croissance commune, d’un « processus synodal » – comme dit le Pape François – avec l’acceptation, la compréhension, des paroles claires mais pas offensantes, la déconstruction des préjugés, le discernement communautaire ».

La question du Brexit pose une question aux États membres de l’UE : vaut-il mieux affronter les défis du présent et de l’avenir seuls ou dans une formation solidaire ?

La transformation radicale du monde dans lequel nous vivons pose des défis qui ne peuvent être relevés au niveau national. Le sociologue allemand Ulrich Beck parle même d’une métamorphose du monde qui nécessite un raisonnement très différent du précédent. Le changement climatique, les migrations, la criminalité organisée et les « maux communs » du capitalisme mondial ne peuvent être combattus efficacement au niveau national, mais plutôt par des forces politiques intégrées.

Chiara Lubich et Igino Giordani, fondateur et co-fondateur des Focolari, ont clairement indiqué qu’une Europe unie devait promouvoir la paix mondiale. A la lumière du charisme de l’unité, que signifie adopter la fraternité comme catégorie politique ?

La démocratie naît, dans la modernité, comme un système compétitif : répartition du pouvoir, lutte entre partis, freins et contrepoids, société civile comme contrôle du pouvoir public. Appliquer le principe de fraternité en tant que catégorie politique signifie construire des institutions qui visent la collaboration entre toutes les diversités, afin de réaliser le bien commun. Les principes de liberté et d’égalité ont été traduits au cours des deux derniers siècles en catégories juridiques et politiques. Il s’agit maintenant de travailler sur la catégorie de la fraternité, qui résume les valeurs de réciprocité et de responsabilité mutuelle. Dans le scénario politique, aux côtés des partis en tant qu’agents de compétition, les associations de la société civile pourraient prendre le devant de la scène en tant que réalisateurs de tâches publiques. Les modèles ne manquent pas et les mouvements de renouveau spirituel et culturel, comme celui des Focolari, pourraient jouer un rôle décisif dans ce processus.

Aujourd’hui, l’engagement des Focolari en faveur d’une Europe unie s’exprime également dans le projet Together for Europe. Ilona Tóth, membre du comité d’orientation de l’IpE, explique comment l’initiative est née :

Au seuil du troisième millénaire, les fondateurs et dirigeants des communautés et mouvements chrétiens (Chiara Lubich, Andrea Riccardi, Helmut Nicklas, Salvatore Martinez et d’autres) ont décidé de mettre ensemble leurs charismes sur la base de l’amour mutuel au service du continent. Il s’agit de faire en sorte que, parallèlement à l’Europe géographique et économique, l’Europe de l’Esprit, fondée sur les valeurs du christianisme, prenne également de la vigueur.

Quels sont les résultats obtenus jusqu’à présent ?

Du réseau Together for Europe émerge un levain pour un peuple européen avec sa propre culture basée sur la fraternité évangélique. Ces petits ateliers, dispersés dans toute l’Europe, Ces petits ateliers, dispersés dans toute l’Europe, réalisent l’unité dans la diversité. Dans leur propre environnement, ils lancent conjointement des initiatives pour la paix, la famille, la protection de l’environnement, une économie équitable, la solidarité, etc. afin de répondre aux défis d’un continent en crise.

Claudia Di Lorenzi

1 Comment

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *