Les jeunes et la légalité dans le sillage de “Sentiers pour un monde uni”

Copia di Progetto senza titolo 2

Les Jeunes pour un monde uni des Focolari ont animé un camp sur la légalité à Bologne (Italie). Un espace de formation, de participation et d’actions sociales pour activer les processus de changement et de reconstruction du tissu social.

27175c27 fc40 4d3b 9de2 046783b520e4Du 20 au 28 juillet, une quarantaine de jeunes de presque toutes les régions d’Italie se sont retrouvés à Bologne pour animer un camp dans le but de s’engager concrètement pour les autres. Ils ont rencontré et travaillé avec des associations et des groupes qui s’engagent dans le social, comme l’intégration des immigrés et la lutte contre les jeux de hasard. Ils ont soutenu des centres d’été et de jeunesse, des cantines, cherchant ensemble des façons différentes et originales de faire les choses.

Francesco Palmieri, l’un des organisateurs explique que “le camp est né d’une première expérience à Syracuse, il y a quelques années, qui a été couronnée de succès ; elle a été répétée à Rome et à Turin. Cette année, les jeunes ont identifié le district de Cyrénaïque à Bologne, un quartier multiethnique où la situation sociale est très complexe. Le camp était une expérience d’engagement civil qui partait des jeunes pour d’autres jeunes comme nous, pour répondre à une question: pouvons-nous faire quelque chose? Nous avons donc parlé d’engagement personnel, même lors des moments de formation avec divers experts, magistrats, professeurs d’université, bénévoles, prêtres et laïcs engagés en première ligne dans le domaine civil. Le thème de la légalité refaisait surface, décliné sous plusieurs aspects, tels que l’accueil des migrants, la lutte contre les mafias et les jeux de hasard. Cette expérience du camp nous a enrichi et nous sommes rentrés chez nous avec beaucoup de réponses et de questions que nous ne nous étions jamais posées”.

Parmi les experts présents figurait la Professeur Adriana Cosseddu, responsable du réseau international Communion et Droit. Nous l’avons interrogée :

En 2018, les jeunes des Focolari ont lancé les « Sentiers pour un monde uni« , six parcours vers un monde uni avec des actions et des contenus sur six thèmes majeurs. Le premier approfondissait l’économie, la communion et le travail, le second, cette année, vise à approfondir les droits de l’homme, la justice, la légalité et la paix. Quels sont les objectifs ?

“Dans ces parcours, les jeunes et les communautés des Focolari dans le monde s’engagent comme protagonistes à faire de l’humanité une famille. Les chemins sont nombreux et nous en avons choisi quatre cette année: ouvrir les portes au dialogue et à l’accueil pour que les droits de l’homme soient reconnus et appliqués. Travailler de toutes nos forces pour la paix, afin que nous arrivions à surmonter la logique du conflit par celle de la rencontre, afin que la paix soit universellement poursuivie comme droit de l’humanité. Mais pour obtenir une paix authentique, il faut exercer la justice, la gardienne des relations qui sont à la base de notre coexistence. Et c’est là l’importance de la légalité, qui exige aussi, par des normes et des comportements, l’activation de processus capables de briser la logique du profit et du privilège, de la corruption généralisée, pour promouvoir l’impartialité et l’équitéˮ.

74cbcf7b 3e5a 4fbb 8ff5 8ecbc7ec1ec1Quel est le « plus » que le charisme de l’unité apporte au droit ?

“Le charisme de l’unité engendre un regard nouveau sur l’autre : l’autre n’est plus l’étranger ou l’ennemi dont je dois me défendre mais il est un don pour moi dans la richesse de sa diversité. La réciprocité dans le droit se traduit en droits et devoirs et devient par le « plus » que l’amour mutuel un appel à la responsabilité envers l’autre dont je dois prendre soin. Ainsi, si aujourd’hui le droit tend à protéger les droits des individus, l’horizon que Chiara Lubich nous a ouvert est celui d’un droit “instrumentˮ de communion. Et la communion indique un objectif: travailler afin que les concrètes relations humaines concrètes, même celles qui se déroulent sous le signe du droit, aident les parties concernées à se dépasser et à se reconnaître mutuellement, dans leur dignité respective et selon une liberté responsable, à s’ouvrir à la collaboration. C’est ainsi que des fragments de fraternité sont générésˮ.

Prochaine étape du parcours :

  • Séminaire international “ Des droits de l’homme au droit à la paix : en route avec l’humanitéˮ, organisé par le réseau international “Communion et droitˮ à Loppiano (Italie), du 19 au 21 septembre 2019.

 

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *