Un hymne à la joie


Prêtre originaire du Nord de l’Italie, Don Mario Bodega, après trente années passées dans le Diocèse de Milan comme curé de paroisse puis directeur spirituel d’un collège et aumônier à l’hôpital de Niguarda, il a été au Centre des Focolari à Grottaferrata (Rome) et pendant dix années, curé de l’église paroissiale de Loppiano, la cité-pilote internationale des Focolari.

Tu penses à Don Mario Bodega et les premières notes de l’ « hymne à la joie » de Beethoven te viennent à l’esprit. Et cela pour plusieurs raisons : parce que la joie a vraiment été une de ses caractéristiques et parce que ce morceau était parmi ceux qu’il préférait et il le jouait souvent avec l’harmonica. Il avait appris à jouer de l’harmonica au séminaire et la musique avait accompagné de nombreux moments de sa vie. Lorsqu’il était encore jeune aumônier à l’hôpital, pendant la période de Noël, il avait l’habitude de passer de chambre en chambre en jouant justement, de l’harmonica. «Maintenant oui que c’est Noël » lui disait une personne hospitalisée, à peine entendait-elle ses notes de musique. « Tu m’as joué l’hymne à la joie – lui écrivait un détenu de la prison de Bollate, près de Milan – et tu m’as fait comprendre que tout le monde ne passe pas près de nous pour juger. Il y a aussi ceux qui aiment, un point c’est tout » et il exprimait sa gratitude de lui avoir fait retrouver Dieu de qui il pensait avoir été abandonné.

Et c’est également de joie profonde dont a parlé l’Archevêque de Milan, Mgr. Mario Delpini, à l’annonce de sa mort : « Nous accompagnons à la rencontre avec la joie de Dieu, un homme, un prêtre, un ami qui a gardé le sourire d’une intime, profonde joie, dans les jours de la jeunesse comme dans les jours de la vieillesse et de la maladie, dans le cumul des engagements pastoraux et dans les années où l’activité a été réduite à cause du déclin de ses forces ».

Don Mario était né le 15 septembre 1942, au beau milieu de la seconde guerre mondiale, à Lecco, au nord de l’Italie. Une fois terminées l’école primaire et l’école secondaire, il était entré au séminaire et là, à travers le recteur, il avait connu la spiritualité des Focolari. Ordonné prêtre en 1968, il était resté trente ans avec différentes responsabilités, puis, accueillant la proposition de l’évêque d’alors, le Cardinal Martini, il s’était mis à la disposition du Mouvement des Focolari. Pendant les onze années passées à Grottaferrata (Rome), il avait approfondi le rapport avec Chiara Lubich, à laquelle il écrivit tout au long de sa vie, 135 lettres. Dans une de ses réponses, la fondatrice des Focolari lui indiqua une Parole de l’Écriture à vivre, particulièrement lui : « En suivant sa miséricorde, ils ont abandonné les réalités vaines et fausses ». Et « Je crois la Miséricorde » est le titre du livre avec des expériences qu’il a écrites offert par l’Évêque de Fiesole, Mgr. Meini, à tous les prêtres du diocèse le Jeudi Saint de 2018.

En 2009, il était en effet arrivé en ce lieu en tant que curé dans la cité-pilote de Loppiano. Là, en plus de créer une profonde communion entre les habitants, il fut pour beaucoup un guide sûr dans le cheminement spirituel. Fondamentale fut sa participation à « Parcours de Lumière » pour des couples en difficulté. Il contribua aussi au développement de l’Institut Universitaire Sophia. « Sa maison, l’église paroissiale de San Vito a Loppiano, à un jet de pierre de notre Institut, et le presbytère qui par tradition lui est annexée – écrit le Recteur Piero Coda – est devenue notre maison, où la présence et le guide de Don Mario ont été lumière, baume au cœur, école de vie. Et notre Institut est devenu un peu aussi sa maison. A tel point que – parmi les échos les plus émouvants suscités par son départ – il y a ceux qui nous ont été communiqués par nos amis musulmans du projet « Wings of Unity ».

En 2018, il avait célébré le 50ème anniversaire de son ordination sacerdotale. Peu de temps après, à l’occasion de la visite du Pape dans la cité-pilote, étant donné la détérioration de ses conditions physiques, il ne voulait pas se présenter à François. L’évêque l’avait cependant convaincu avec un amour paternel. « Je suis un curé malade, je marche avec difficulté et je ne réussis plus à travailler ». « Si vous ne pouvez plus travailler debout, travaillez alors assis » fut la réponse du Pape. Et Don Mario a continué à le faire, avec ténacité et joie, lors des 365 jours successifs que la vie lui a offerts. Il s’est éteint en effet exactement un an après, le 10 mai 2019.

Anna Lisa Innocenti

1 Comment

  • Quel bel homme: il a suivi Dieu et il a fait fructifié ses talents artistiques mais surtout il a fait fructifier le talent par excellence « l’Amour ».
    Merci Don Mario en ce jour de tous les saints.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *