Colombie: Accepter le frère


Une maladie grave et une hospitalisation inattendue dans un pays étranger sont le début d’un lien profond d’amitié et de partage entre deux communautés des Focolari de Colombie et du Venezuela.

Un coup de fil un soir a ouvert un chapitre inattendu de notre vie. On nous avertissait qu’un parent d’un membre des Focolari au Venezuela avait été admis dans l’un des hôpitaux de Bogotá (Colombie). Ce vénézuélien était arrivé en Colombie en tant que migrant dans des conditions précaires et travaillait comme maçon. Il était hospitalisé pour une grave maladie. Deux personnes de la communauté des Focolari se sont retrouvées dans cet hôpital le lendemain, toutes deux ayant compris que Dieu les envoyait aimer ce frère inconnu. Elles se sont présentées et lui ont assuré qu’à Bogota, il pouvait compter non seulement sur eux deux, mais aussi sur une famille élargie formée par la communauté des Focolari. Il leur a expliqué qu’il était à Bogota avec son fils qui le remplaçait maintenant dans son travail. Les médecins ont expliqué que son état était très grave.

En contactant le fils, nous avons appris qu’ils vivaient dans une cabane de fortune. Nous avons lancé un appel à notre communauté et nous avons recueilli des vêtements et des chaussures pour eux. Quelque temps plus tard, le fils a également dû quitter le travail pour se consacrer aux soins de son père. Durant cette période, certains parmi nous l’ont accueilli au petit-déjeuner, au déjeuner ou pour se reposer afin de lui faire sentir la chaleur d’une famille. D’autres se sont relayés à l’hôpital pour le remplacer au chevet de son père et nous avons continué à recueillir des produits de première nécessité pour eux.
Entre-temps, le père avait exprimé le désir de retourner au Venezuela. Il nous avait confié que la vie en Colombie lui avait fait expérimenter l’amour de Dieu en lui faisant vivre une véritable conversion. Il voulait revoir sa petite fille, saluer sa femme et mourir dans la paix. Pour ce voyage, cependant, il fallait trouver l’argent pour les documents et pour l’avion, il ne pouvait pas en effet voyager par voie terrestre.

Même les médecins et les infirmières, touchés par la situation, ont essayé de les aider de diverses manières, en recueillant également une importante somme d’argent. En attendant le voyage, il a fallu entre-temps le transférer dans un centre médical spécialisé. Malgré les difficultés, il a été admis après quelques mois. Sur place, les médecins ont expliqué qu’il n’y avait plus rien à faire, qu’ils auraient dû le renvoyer mais, vu la situation, ils le gardaient à l’hôpital jusqu’à son départ pour le Venezuela. Nous avons aussi demandé à un prêtre de lui rendre visite ; il a ainsi pu se confesser et recevoir l’onction des malades.

Le jour où ils étaient déjà à l’aéroport prêts à partir, il y a eu une panne à Caracas (Venezuela) et l’avion a dû retourner à Bogotá. Pendant ces trois jours de suspension, ils ont été logés à l’hôtel près de l’aéroport, puis ce fut enfin le départ. Le fils nous a ensuite communiqué, en nous remerciant pour l’amour reçu, que son père était réussi à rentrer chez lui et était mort paisiblement., quelque temps plus tard,

La communauté de Bogotá (Colombie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *