Romaamor : servir les pauvres pour construire la fraternité


Romaamor est une organisation à but non lucratif qui opère dans la capitale italienne depuis treize ans, récupérant les surplus ou les invendus de nourriture. Elle prépare 250 repas par jour pour les pauvres et travaille également à promouvoir leur insertion sociale.

L’accumulation et le gaspillage sont des fléaux de notre temps et de nombreuses plaies de nos sociétés ; mais nous rencontrons aussi des personnes qui, en silence, recueillent la nourriture destinée à être jetée et la donnent aux plus pauvres. Elles ne le font pas seulement pour offrir de l’aide mais elles le font comme geste concret d’accompagnement vers un chemin de rédemption. C’est l’histoire de Dino Impagliazzo et de Romaamor (Rome-amour), l’organisation à but non lucratif qu’il a fondée dans la capitale en réponse à l’invitation de Chiara Lubich en 2000, lorsqu’elle reçut la citoyenneté d’honneur de Rome, où elle demanda de coopérer pour une « révolution d’amour » dans la ville.

Depuis 13 ans, Romaamor offre 250 repas par jour aux sans-abri assis dans les gares de Tuscolana et Ostiense et sur la place Saint-Pierre. Et Dino, aujourd’hui âgé de 90 ans, éprouve chaque jour la même joie à se donner aux autres : « En aidant ces personnes, il y a parfois de grandes difficultés – explique-t-il – il faut se sacrifier, mais on ressent alors une grande joie d’avoir fait le bien. Le Christ nous a enseigné que l’essence du christianisme est aimer Dieu et le prochain ; Chiara Lubich nous invite à vivre pour la fraternité universelle : c’est le fondement de notre service aux pauvres ».

Dino a reçu le Prix International de Carthage 2018 pour son engagement, parce que « son travail de sensibilisation et de formation restitue l’éthique à la ville et crée concrètement des alternatives valables qui redonnent une juste valeur aux personnes et aux choses ». Nous l’avons interrogé :

Comment a commencé l’expérience Romaamor ?
J’ai commencé seul, par hasard, en apportant un sandwich à un pauvre que j’avais rencontré à la gare, et peu à peu j’ai pensé à inclure le plus de gens possible. En commençant par ma femme, les personnes de mon immeuble et ceux du quartier. Nous avons toujours approché les pauvres en sachant que c’est mon frère qui est dans le prochain, qu’il soit riche, pauvre, en bonne santé ou malade, et quand mon frère est en difficulté, nous devons l’aider et le considérer comme tel.

A l’occasion de la Journée de l’Alimentation 2019, le Pape a souligné la nécessité d’un retour à la sobriété dans nos modes de vie, pour entretenir une relation saine avec nous-mêmes, nos frères et la Création….

C’est un choix essentiel. Si tu es chrétien et si tu sais que chaque personne est ton frère, car Jésus te l’a dit, si tu vis non seulement pour toi-même mais en relation avec les autres et si tu sais que parmi nous il y a des personnes qui vont bien et d’autres qui sont malades, alors comment peux-tu penser autrement ? Ta disponibilité doit être toujours pleine et offerte avec joie.

Face à la prédominance de la “culture du gaspillage”, vous qui choisissez de servir les pauvres, vous allez à contre-courant….
C’est important, mais nous ne nous contentons pas de ramasser les aliments sur le point d’être périmés, de les cuire et de les apporter aux personnes dans le besoin. Nous essayons d’entrer en contact avec eux pour faire quelque chose de plus que simplement les nourrir.

Nous essayons d’adapter les repas aux personnes que nous aidons : les enfants, les personnes âgées, les femmes, les malades ont des besoins différents ; pour nos hôtes musulmans nous préparons des repas sans viande de porc. Notre objectif est aussi de promouvoir l’insertion : j’invite les bénévoles à essayer d’établir une relation étroite avec au moins certaines de ces personnes. En offrant le repas, je leur demande d’apporter deux plateaux, un pour le pauvre et un pour qu’ils puissent s’asseoir et manger avec lui.

Quelle est la valeur du groupe ?
C’est fondamental, nous faisons tout ensemble, en décidant du menu, de la cuisine, du partage des tâches. Un se renseigne s’il y a des malades, un autre s’occupe de ceux qui ont besoin d’être en contact avec les organismes publics, un encourage l’autre. Nous passons de nombreuses heures ensemble : nous commençons à cuisiner l’après-midi, nous finissons à vingt heures, nous sortons et nous restons deux heures dehors. Nous partageons tout, les joies et les difficultés.

Y a-t-il des personnes que vous avez aidées qui sont devenues bénévoles ?
Bien sûr ! Parmi les volontaires, un tiers sont des étrangers qui, par exemple, se trouvent dans les centres d’accueil et attendent d’être reconnus comme réfugiés politiques. Certains nous sont signalés par les juges pour faire des services sociaux, et enfin des séminaristes envoyés par les diocèses. Nous venons d’horizons différents, mais nous travaillons tous pour le même but.

Pourquoi un jeune homme devrait-il venir à Romaamor ?
Parmi les volontaires, il y a un flot de jeunes qui ne cesse de croître. Ils font cette expérience avec joie, ils sont heureux et ils essaient d’amener leurs amis.

Claudia Di Lorenzi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *