La danse au service de la paix en Terre Sainte


La collaboration de jeunes artistes entre Montecatini (Florence) et Bethléem continue. Les prochains programmes.

Dans les lieux meurtris par les conflits, principalement motivés par des raisons économiques et militaires, les peuples en lutte sont avant tout victimes de leurs préjugés réciproques. Préjugés qui alimentent les hostilités entre la population civile, mais qui peuvent être dissous par le biais de la rencontre dans un « territoire neutre », entendu aussi bien dans le sens physique que culturel et social. Un territoire où l’âme s’ouvre à la rencontre authentique afin de se libérer de la haine et des peurs et de se disposer à la réconciliation. C’est de là qu’est né le projet « Harmonie entre les peuples » organisé par l’Association Culturelle Dancelab Armonia (*), qui a choisi la danse comme lieu de rencontre pour la paix. Expression sociale du Laboratoire Académique Danse, qui a son siège à Montecatini Terme (Fi), l’association fondée par Antonella Lombardo, qui s’occupe de la direction artistique. Nous lui avons demandé comment est née l’idée de l’Association :

Après 20 années d’enseignement de la danse, je me suis rendu compte que les jeunes se rapprochaient de cette discipline seulement pour en obtenir un succès personnel. J’ai donc voulu leur faire expérimenter que la danse peut donner sens à la vie indépendamment du fait d’avoir du succès et qu’elle peut contribuer à améliorer la vie des autres et à propager des semences de paix. L’idée est donc née, de campus internationaux, tout d’abord à Montecatini puis en Terre Sainte, à Bethléem.

Pouvez-vous nous raconter ce parcours ?
Nous avons commencé par inviter, en Italie, des jeunes provenant de différents coins du monde, qui déjà étudiaient la danse, afin de leur proposer une vision de l’art qui cueille la capacité à unir des personnes de différentes origines, sociale, politique, ethnique et religieuse car elle parle un langage universel.
En invitant des jeunes palestiniens et israéliens nous avons établi des contacts avec la Garde de la Terre Sainte et avec la Fondation Jean-Paul II, qui, il y a six ans, nous avaient invités à Bethléem et à Jérusalem afin de mettre sur pied campus d’arte pour les enfants des camps de réfugiés des territoires palestiniens.

Comment le campus se déroule-t-il ?
Dans le campus, les jeunes feront un travail avec un rythme très dense : on commence à 9:00 et on continue jusqu’à 18:00 afin d’expérimenter différents styles de danses. Il y a la possibilité de vivre ensemble dans une maison et donc de préparer le repas du soir ensemble, d’être aussi avec les jeunes italiens et de vivre des moments de fête. On travaille à une chorégraphie intitulée Danzare la Pace qui montre comment – par exemple – des jeunes israéliens et palestiniens, qui, vivent le conflit sur le terrain, réussissent ici, à créer un climat d’harmonie dans les rapports personnels et sur la scène. Et ceci vaut pour les artistes de tous les pays, qui apportent au campus leur culture artistique et leur sensibilité.

Comment s’est passée l’expérience avec les jeunes à Bethléem ?
« Lorsque nous sommes arrivés, nous nous sommes rendu compte qu’ils n’avaient aucune connaissance de l’art, ils n’avaient même jamais vu des crayons. Les quinze jours du campus que nous faisons là, représentent pour eux – prisonniers à ciel ouvert – un espace de liberté, une manière de surmonter idéalement ce terrible mur qui les sépare des israéliens. Les enseignants sont des jeunes palestiniens et israéliens qui ont fréquenté le campus en Italie. L’expérience de ces six années a été tellement fructueuse que la Garde de Terre Sainte nous a demandé d’ouvrir une école permanente à Bethléem, qui sera effective l ‘année prochaine ».

Quand aura lieu le prochain campus italien et comment y participer ?
Il se tiendra à Montecatini du 27 août au 5 septembre 2020 et accueillera des jeunes de différents pays dont la Jordanie, l’Égypte, la Palestine et Israël. Il est adressé à des aspirants professionnels qui partagent l’idée que l’art puisse être un instrument universel d’harmonie entre les peuples, pour qu’ils puissent favoriser ce changement de mentalité là où ils iront œuvrer, dans les théâtres, dans les écoles, dans les lieux d’art. Ils peuvent nous contacter en écrivant à info@dancelab.it.
Les campus font partie d’un projet plus vaste comme les jalons du Festival de l’Harmonie entre les peuples, organisé par l’Association…
Le Festival est arrivé cette année à la XV ème édition, il a lieu en Toscane sous le patronage de toutes les communes de la Vallée de Nievole et de villes comme Florence, Assise, Palerme et s’articule en une série de rendez-vous. L’inauguration aura lieu le 14 mars à Florence, dans le Salon des 500 du Palazzo Vecchio, lors de la commémoration de la disparition de Chiara Lubich, pour la contribution que la fondatrice des Focolari a donnée, en portant l’harmonie dans le monde, à 20 ans de la remise de la citoyenneté honoraire de Florence et dans le cadre des célébrations pour le centenaire de sa naissance.

Quels sont les autres rendez-vous ?
Pendant l’année, il y aura des interventions dans les écoles afin de développer un travail sur le désarmement. Notre souhait est que la voix des jeunes puisse arriver jusqu’aux chefs d’états des pays impliqués dans la fabrication et dans le commerce des armes afin de pouvoir ébranler ces réalités. Une initiative appréciée par les jeunes et dont la musique sera la protagoniste comme moment de réflexion sur le thème de la rencontre. Il y a au programme des rendez-vous culturels et des dîners interculturels à Montecatini et à Palerme.

Le Festival, tout comme les campus, sont offerts à la participation gratuite. Un choix engageant…
Dès le début, j’ai voulu distinguer cette expérience des stages habituels de danse que les écoles font et sont source de lucre, parce que les jeunes ne viennent pas seulement pour étudier la danse mais parce qu’ils ont choisi de vivre la paix et d’être constructeurs de ponts de paix.

Claudia Di Lorenzi

(*)https://www.festivalarmonia.org/

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *