Père Silio Naduva : pionnier des Focolari dans les îles Fidji


Il est décédé il y a quelques mois à l’âge de 53 ans. Ses passions : construire des ponts entre les peuples et les cultures et former les nouvelles générations.

Les jeunes étaient la priorité du père Silio Naduva, un prêtre de Fidji, dans le Pacifique Sud, qui est mort il y a quelques mois à l’âge de 53 ans. Leur assurer une formation et une éducation humaine et spirituelle était sa plus grande passion, dans l’une des îles les plus reculées de l’archipel, où la mondialisation, qui fait entrer la planète dans les maisons, ne suffit pas à founir aux jeunes les connaissances et les outils nécessaires pour affronter leur vie de manière consciente, libre et fructueuse.

Ce qui l’avait fasciné dans le charisme de l’unité de Chiara Lubich, qu’il a connu à la fin des années 1990, c’était « cette capacité de tisser des liens de famille, de cimenter l’union entre les personnes et en particulier avec le troupeau que le Seigneur lui avait confié », dit Roberto Paoloni, un volontaire des Focolari, qui, l’été dernier, a travaillé avec le père Silio pendant quelques semaines de formation dans sa paroisse de Sainte Anne à Napuka. « Dans la spiritualité de l’unité – explique Paoloni – il a découvert une force de propulsion incroyable », qui l’a aidé à affronter des moments de grande douleur et de souffrance.

Né le 28 février 1967 à Namuamua, dans la province de Serua, un petit village à l’intérieur de l’île principale des Fidji, Silio était le septième de neuf frères et, dès son plus jeune âge, il a fait preuve d’une grande générosité, de ténacité, de débrouillardise et de capacité à prendre soin de sa famille et de tous. Il a fréquenté l’école des Pères Maristes puis, à 17 ans, s’est engagé dans les forces militaires fidjiennes. Silio a participé à deux missions en vivant des expériences traumatisantes sans jamais perdre sa profonde humanité.

Ce n’est qu’après la mort de son père en 1996 qu’il est entré au séminaire régional du Pacifique pour commencer sa formation et l’année suivante, il a rencontré le mouvement des Focolari. Silio a été ordonné prêtre le 1er janvier 2005 à l’âge de 37 ans et a commencé son ministère dans la paroisse de Vudibasoga, à Nabala. C’est en 2013 qu’on a découvert son une maladie grave, mais cela ne l’a pas empêché de servir et de travailler de toutes ses forces au service de sa paroisse.

En 2018, le père Silio a accompagné quelques jeunes au Genfest à Manille, aux Philippines, et est rentré chez lui avec le désir ardent d’encourager ses jeunes à poursuivre dans cette voie. Il les guide, les éduque et avec eux se consacre à construire des ponts avec les jeunes d’autres communautés, différents par leur culture et leur langue mais toujours frères. Parmi ses derniers engagements figure la promotion d’une rencontre pour les jeunes de sa paroisse et des environs, organisée en août dernier en collaboration avec le mouvement des Focolari et la Caritas locale. Dans une communauté fragmentée et un tissu social déchiré par la pauvreté et la violence, le père Silio a travaillé pour offrir aux jeunes un horizon plus large, où la coexistence se nourrit de la solidarité mutuelle et où les peuples séparés par de grandes distances et ayant des traditions, des cultures et des langues différentes se rencontrent dans le respect mutuel et dans le désir de construire des relations fraternelles.

                                                                                                                Claudia Di Lorenzi

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *