Syrie : bloquons l’embargo


Pour New Humanity, ONG des Focolari, le temps de la paix en Syrie, c’est maintenant. L’appel envoyé au Secrétaire Général des Nations Unies, à la Commission et au Parlement Européen. Nombreuses sont les autorités politiques, civiles et religieuses qui y adhèrent.

« Nous demandons de promouvoir une suspension des sanctions économiques au gouvernement syrien de manière à ce que le peuple ait accès aux marchés et aux services financiers internationaux pour recevoir le matériel médical et les fonds nécessaires pour se défendre du virus COVID-19 ».

C’est le suc de l’appel fait par New Humanity, ONG des Focolari, en réponse – in primis – au cri de la population syrienne arrivée à la dixième année de guerre civile et actuellement durement éprouvée par la pandémie qui a aussi rejoint ce pays.

Mais non seulement : au cri du peuple, s’ajoutent les voix de personnalités du monde entier. Il y a quelques jours, le message d’Antònio Guterres, Secrétaire Général de l’ONU, sur la condition qui nous voit tous unis à combattre l’ennemi commun : « Les nationalités, groupes ethniques et croyances religieuses n’intéressent pas le virus. Il les attaquent tous, indistinctement. Entre-temps, les conflits armés font rage dans le monde. Et ce sont les plus vulnérables – les femmes et les enfants, les personnes portant un handicap, les marginaux, les déplacés – à en payer le prix et à risquer des souffrances et des pertes dévastatrices à cause du Covid-19 ».

« Des appels à des fins humanitaires, il y en a eu des centaines pour la Syrie – explique Marco Desalvo, président de l’ONG – mais maintenant on se trouve dans une situation exceptionnelle. Si d’un côté, le Covid-19 nous place tous sur un même degré de vulnérabilité, d’un autre, la réponse que nos états sont en mesure de donner est fortement inégale. Nous avons rédigé cet appel pour le Secrétaire Général des Nations Unies et pour les Institutions européennes afin de demander la suspension, au moins temporaire, de l’embargo pour toute aide médicale et pour les transactions financières, afin que la Syrie puisse  à nouveau se procurer des médicaments et du matériel sanitaire ».

« Cet appel n’interfère pas avec les différentes positions politiques  – explique Lucia Fronza Crepaz, ex-députée au Parlement italien, et qui est parmi les promoteurs de l’appel » – au contraire, il veut aller au-delà des partis, car l’objectif de sauvegarder la population civile syrienne est au-dessus de n’importe quel orientation politique ou idéologique ».

Ont déjà adhéré à l’appel, différents dirigeants du monde politique, académique, scientifique, religieux et civil italien ou non, comme Romano Prodi, le sous-secrétaire pour le travail et les politiques sociales, le sénateur Steni Di Piazza, Patrizia Toia et Silvia Costa, d. Luigi Ciotti, fondateur du Groupe Abele Onlus et de LIBERIA, Giovanni Paolo Ramonda, Responsable Général de l’Association Pape Jean XXIII (APG23), Michel Veuthey, professeur de droit international à la Webster University (Suisse), Andrea Olivero, président émérite ACLI, Cornelio Sommaruga, ex-président de la Croix Rouge Internationale, P.Bahjat Elia Karakash, ofm. Supérieur des frères franciscains à Damas.

Adhère à la pétition sur change.org

Stefania Tansini

 

6 Comments

  • We are all God’s creatures. God is love, and compassion.He made us in his image. Love everyone as our Father loves us. This will bring peace in Syria and in the hearts of all.

  • Stop this humiliating and injust embargo on Syrian people. They have suffered more than all of us recent 11 years!

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *