Demander, c’est aussi ‘’aimer’’


Dans son homélie du Vendredi Saint 2020, dans la Basilique de Saint-Pierre de Rome, le Père capucin, Raniero Cantalamessa, a dit qu’« il y a des choses que Dieu a décidé de nous accorder à la fois comme fruit de sa grâce et de notre prière ». Cet écrit de Chiara Lubich est une invitation à collaborer avec Dieu, en demandant des grâces et en nous mettant dans les meilleures conditions possible pour les obtenir.

« Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande[1]. » (…) Par cette Parole, Jésus veut nous dire clairement qu’il n’y a pas de communion avec Dieu, de culte vrai, de prière authentique, sans réconciliation avec nos frères. Espérons donc, qu’une telle Parole soit entrée profondément dans tous nos cœurs.

Et c’est en raison de cette espérance que je voudrais maintenant vous parler de la prière qui, sur cette base, est certainement reçue par Dieu. Je voudrais vous parler en particulier de la prière de demande, de demande d’aide et de grâces. J’ai l’impression, en effet, qu’on ne lui accorde peut-être pas suffisamment d’importance. Pourquoi ? Aussi pour un motif très noble : ayant abordé notre foi de manière plus approfondie, étant devenus, en pratique, plus religieux, nous avons compris que la religion ne consiste pas seulement à se rendre à l’église pour demander et demander encore, mais qu’elle consiste à aimer Dieu et donc à donner. Et nous engageons notre vie pour mettre en œuvre tous ces principes que notre spiritualité évangélique suggère également, pour faire – comme on dit – toute notre part.

C’est certainement un raisonnement plus que valable. Cependant, nous devons faire une considération : aimer Dieu implique d’observer tous ses commandements. Or un des commandements sur lequel Jésus insiste est justement celui de demander : « Demandez et il vous sera donné, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira[2]. »

Que devons-nous faire alors ? Demander plus et mieux car c’est ce que Dieu veut. C’est également de cette manière que nous lui manifesterons notre amour. (…) Certainement, nous prions, et cela signifie que nous ne nous appuyons pas seulement sur nos propres forces. Toutefois, nous pouvons nous améliorer dans deux directions : en premier lieu, sans multiplier les prières, mais se rendre mieux compte de ce que l’on demande déjà. Réfléchissons un peu et nous verrons combien de grâces nous demandons dans chacune de nos prières. (…)

En second lieu, nous pourrions nous améliorer en priant, comme le disent les saints, en cherchant à obtenir. Et l’on obtient, lorsqu’on demande avec la conscience qu’on ne peut rien faire par nous-mêmes et donc, avec humilité, convaincus en revanche, qu’on peut tout faire avec Dieu, et donc confiants en Lui. On obtient si l’on prie avec persévérance, en demandant toujours avec une insistance pleine d’amour, comme Jésus le désire.

Il est donc nécessaire de nous recentrer toujours plus sur ces demandes que nous faisons déjà. Les présenter toujours mieux, avec une vigueur égale à celle que nous mettons à vivre notre Idéal. Ainsi tout sera plus fécond.

Et prions tant qu’il en est encore temps. Je me souviens toujours de la recommandation de la maman d’un des premières focolarines avant de mourir : « Priez durant votre vie car à la fin on n’en a plus la possibilité. »

Chiara Lubich

(Extrait d’une conférence téléphonique, Rocca di Papa, 16 février 1984)
Texte tiré de :« E’ amore anche domandare », in Chiara Lubich, Conversazioni in collegamento telefonico, p. 145. Città Nuova Ed., Rome 2019.

[1]Mt 5,23-24.
[2]Mt 7,7.

1 Comment

  • Una bellissima riflessione e un approfondimento davvero essenziale. E’ amore anche chiedere, perché chi può farcela da solo?
    Grazie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *