L’immensité de Dieu


Le rapport à la nature est devenu de plus en plus central dans notre vie personnelle et dans celle des organisations et des États, ainsi que le devoir de la préserver et de remédier aux dommages que nous lui avons causés. Si la pandémie dont nous souffrons encore a, d’une part, mis en évidence ce devoir qui est le nôtre, d’autre part, elle a donné paradoxalement un moment de répit à la Création. L’expérience spirituelle de Chiara Lubich, décrite ci-dessous, nous ramène à Celui qui est la racine de toute chose : Dieu.

« […]Dans un moment de détente, j’ai vu un documentaire sur la nature. Contrairement à d’autres séries télévisées, ce long-métrage a eu un grand effet sur mon âme.

En contemplant l’immensité de l’univers, l’extraordinaire beauté de la nature, sa puissance, je me suis spontanément tournée vers le Créateur de toutes choses et j’ai compris de façon nouvelle, l’immensité de Dieu. […]

L’impression a été si forte et si nouvelle que je me serais immédiatement jetée à genoux pour adorer, louer, glorifier Dieu. J’ai ressenti un besoin de le faire comme si c’était ma vocation actuelle.

Et, comme si mes yeux s’ouvraient maintenant, j’ai compris comme jamais auparavant qui est Celui que nous avons choisi comme idéal, ou plutôt Celui qui nous a choisis.

Je l’ai vu tellement grand, tellement grand, tellement grand, qu’il me semblait impossible qu’il ait pensé à nous. L’impression de son immensité est restée profondément en moi pendant plusieurs jours. Et maintenant, lorsque je prie en disant : « Que ton nom soit sanctifié » ou « Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit », pour moi, c’est tout autre chose : c’est une nécessité qui vient du cœur. […]

Nous sommes en chemin. Quand on voyage, on pense d’avance à la façon dont on sera accueilli à l’arrivée, au paysage, à la ville. On s’y prépare déjà. C’est ainsi que nous devons faire nous aussi.

Là-haut, puisque nous louerons Dieu, louons-le dès maintenant. Laissons notre cœur lui crier tout notre amour, qu’il le proclame, avec les anges, avec les saints […] : « Saint, Saint, Saint. »

Exprimons-lui notre louange avec nos lèvres et avec notre cœur.

Profitons-en pour renouveler les prières quotidiennes que nous disons à cet effet. Et rendons-lui gloire de tout notre être.

Nous savons que plus nous nous anéantissons (et nous avons comme modèle Jésus abandonné qui s’est réduit au néant), plus nous crions par notre vie que Dieu est tout. C’est ainsi que nous le louons, le glorifions, l’adorons.

Et, ce faisant, le « vieil homme » en nous meurt et sur sa mort vit l’« homme nouveau », la nouvelle créature.

Recherchons tous les moments de notre journée pour adorer Dieu, pour le louer. Faisons-le pendant le temps de la méditation, au cours de la visite dans une église ou durant la messe. Louons-le à travers la nature et au plus intime de notre cœur. Et surtout, vivons en étant morts à nous-mêmes et vivants dans la volonté de Dieu et dans l’amour pour nos frères.

Soyons nous aussi, comme le disait Élisabeth de La Trinité, une « louange à sa gloire ». Nous goûterons ainsi par avance un peu de « Paradis » et Dieu sera consolé de l’indifférence de beaucoup de cœurs qui vivent aujourd’hui dans le monde.

Chiara Lubich

(Extraits d’une conférence téléphonique le 22 janvier 1987 à Rocca di Papa)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *