Depuis le Salvador en quarantaine


Le témoignage de Rolando, directeur d’une entreprise à San Salvador : préoccupations et attentes pour son Pays en temps de pandémie et le choix, en tant que famille, de vivre pour les autres.

Au San Salvador, nous sommes en quarantaine comme sur le reste de la planète. La peur, compréhensible mais, à mon avis, démesurée, a gagné du terrain et pour prévenir la contagion, des mesures allant à l’encontre des droits de l’homme ont été encouragées.

Profiter de l’urgence sape la démocratie et, toujours par peur, une grande partie de la population réclame une main ferme. Ainsi, la pandémie a engendré, comme mesure de lutte contre le virus, un retour à l’autoritarisme. Un retour à l’intolérance, à l’absence de dialogue avec des sentiments de colère et de vengeance. À cela s’ajoutent les conséquences négatives sur l’économie avec la fermeture des activités non essentielles, le pourcentage élevé de l’économie informelle, la réduction des remises et le niveau élevé d’endettement motivé dû à l’état d’urgence.

Pour moi, cette situation est une détresse collective. Dans ma jeunesse, j’ai vécu la guerre civile et, avec beaucoup d’illusions, l’arrivée du dialogue et la signature de la paix. J’ai suivi le lent processus vers la démocratie, jamais satisfait, mais toujours avec espoir. Je n’aurais jamais imaginé que je verrais à nouveau les forces armées dominer la scène politique et briser l’ordre constitutionnel. C’est une douleur personnelle et sociale qui, parfois, m’a fait perdre mon optimisme. Je pense que dans un avenir proche il y aura une crise économique et sociale qui affectera la démocratie et, en particulier, les personnes les plus vulnérables.

La spiritualité de l’unité que nous essayons de vivre dans ma famille, nous pousse tous à prendre des mesures concrètes en faveur de nos proches. Personnellement, plongé dans le télétravail, j’essaie avant tout d’aimer Irène, ma femme, en valorisant l’effort qu’elle fait pour faire face à cette situation difficile, en l’aidant et en comblant les vides, car en raison de la pandémie il n’y a plus les personnes qui venaient nous aider à la maison. Je prépare avec joie les plats que Roxana, notre cadette, aime et j’encourage Irene-Maria, notre aînée, qui étudie à l’étranger. Chaque jour, j’ai des nouvelles de mes parents et je m’occupe de leurs besoins. Nous essayons de soutenir et d’encourager les personnes qui aident depuis chez elles, en assurant leurs salaires, tant que nous le pouvons…

Avec les employés de l’entreprise où je travaille, nous mettons en œuvre, avec d’autres responsables, des politiques de soutien économique, qui permettent aux employés de travailler plus facilement à distance pour conserver leur emploi. Je m’engage à soigner  au mieux les relations avec les personnes de mon équipe et à faire preuve de compréhension au vu de leur moindre efficacité.

Avec quelques experts en différents domaines, nous échangeons nos expériences, étudions la crise, les modèles économiques, le développement du marché, la politique, conscients de l’occasion qui se présente pour apprendre de nouvelles choses et trouver des idées novatrices pour faire face à l’avenir.

Sans que je m’en rende compte, les jours passent vite, et un sentiment de paix remplit souvent mon âme. Je continue à m’inquiéter de la situation sanitaire du pays, de la démocratie menacée, de l’économie, mais je sens, de plus en plus la force de continuer à me battre pour le maintien des valeurs auxquelles je crois, bien qu’à l’extérieur la tempête se déchaîne..

                                       Rolando, El Salvador ( textes recueillis par Gustavo E. Clariá)

 

1 Comment

  • A pesar de esta pandemia en la que los más grandes tendrían que velar por la salud y bienestar 3los demás,discuten y debaten sus propios beneficios,pero cm miembro de los focolares tengo fe y confianza en Dios que todo pasará y que Dios en su infinito amor nos protegerá y dará sabiduría a los que trabajan por el bien de los demás.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *