L’Évangile vécu : des pierres vivantes pour une société fraternelle


Comme les disciples,  tous les chrétiens ont une mission : témoigner avec douceur, d’abord par la vie et ensuite aussi par la parole, de l’amour de Dieu qu’ils ont eux-mêmes rencontré, afin qu’il devienne une réalité joyeuse pour beaucoup, pour tous. Dans une société souvent marquée par la recherche de la réussite et de l’autonomie égoïste, les chrétiens sont appelés à montrer la beauté de la fraternité, qui reconnaît le besoin de chacun et met en marche la réciprocité.

Un projet de loi
Je travaille comme géomètre à la préfecture de ma ville et en même temps je me rends dans un quartier pauvre pour une activité de promotion humaine. Vu les conditions précaires des personnes qui y vivent, je me suis rendu compte que lorsqu’il s’agissait d’élargir une rue ou de démolir certains bâtiments, les matériaux récupérés étaient souvent simplement utilisés pour niveler le sol. Pourquoi ne pas les utiliser pour améliorer les logements des plus pauvres ? Mais pour cela il était nécessaire de  voter une loi municipale spécifique. Mon directeur a aimé l’idée et, après s’en être rendu sur place, il a pris les contacts nécessaires ; et une fois que le préfet de la ville a accepté notre proposition, un projet de loi a été présenté et immédiatement approuvé. Le maire est aujourd’hui autorisé à donner aux organismes d’aide sociale les matériaux inutilisés pour des raisons techniques, des matériaux précieux pour ceux qui vivent dans des baraques sans aucune possibilité de les améliorer.
(G. A. – Brésil)

Savoir pardonner
Dans mon pays la guerre civile  avait causé du chagrin et de la souffrance, y compris dans ma famille. Mon père et mon frère ont été parmi les victimes de la guérilla ; mon mari subissait encore les conséquences d’un passage à tabac. En tant que chrétienne, j’aurais dû pardonner, mais en moi la douleur et le ressentiment grandissaient. Ce n’est que grâce au témoignage que j’ai reçu de certains chrétiens authentiques que j’ai pu prier pour ceux qui nous avaient tant fait souffrir. Dieu a mis ma cohérence à l’épreuve lorsque, une fois la paix revenue dans le pays, de la capitale où nous avions déménagé, nous nous sommes rendus dans ma ville natale, qui était restée entre les mains du pouvoir de la guérilla pendant douze ans. Pour les enfants, qui avaient plus souffert que d’autres, nous avons organisé une fête à laquelle de nombreuses personnes ont assisté. C’est alors seulement que j’ai réalisé que, parmi les autorités présentes, certaines avaient été impliquées dans la guérilla. Peut-être que parmi elles se trouvaient les responsables de la mort de mes parents. Une fois dépassé ce premier mouvement de rébellion, j’ai  senti une grande paix dans mon cœur et je suis allée leur offrir un verre à eux aussi.
(M. – San Salvador)

Les nuances de la douleur
De retour en Italie après une expérience comme  médecin dans une vallée du Cameroun, mon attention s’est portée vers les personnes souffrant de maladies incurables et d’affections chroniques débilitantes. Des convictions profondes sont nées en moi au fil des ans. Une première concerne les nuances infinies de la douleur, qui n’est jamais égale. Chaque douleur, comme chaque homme, est unique. Autre impression forte : celle des petites attentes quotidiennes insérées dans la grande attente du rendez-vous final. Mais j’ai découvert une réalité encore plus importante: ces patients, mis à nu par la souffrance, m’apparaissent comme des pierres vivantes dans la construction de l’humanité et de ses valeurs. Ils sont revêtus d’une dimension infinie, mais aussi transparente ; ils sont porteurs d’une lumière particulière, celle de Dieu. Il semble s’incarner dans ces existences disloquées. Souvent, les paroles des mourants semblent être dictées par Lui. Je suis de plus en plus convaincu que – comme le dit Simone Weil – l’humanité, si elle était privée de ces personnes, n’aurait aucune idée de Dieu.
(C. – Italie)

                                                            Témoignages choisis par Stefania Tanesini

 (extraits de Il Vangelo del Giorno, Città Nuova, année VI, n°3, mai-juin 2020)

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *