Construire un « château extérieur »


Dans la spiritualité de l’unité, la personne ne cherche pas seulement Dieu au fond de son âme, mais elle découvre sa présence dans l’espace qu’elle ouvre lorsque deux ou plusieurs personnes s’aiment comme l’Évangile l’enseigne. Chiara Lubich, pour décrire cette réalité, utilise une image, celle d’un château : non pas intérieur, mais extérieur.

Pour ceux qui empruntent la voie de l’unité, la présence de Jésus au milieu des frères est essentielle. Si on ne veut pas connaître un échec personnel, il faut que sa présence soit toujours vivante. Et cette présence caractérise le charisme de l’unité.

De même que la lumière électrique ne s’allume pas tant que ses deux pôles ne sont pas en contact, mais s’allume dès qu’ils le sont, de même deux personnes ne peuvent faire l’expérience de la lumière spécifique de ce charisme tant qu’elles ne s’unissent pas en Christ à travers la charité.

Dans cette voie de l’unité, tout – travail, études, prière et recherche de la sainteté, rayonnement de la vie chrétienne – acquiert un sens et une valeur s’il y a la présence de Jésus au milieu des frères, qui est le principe par excellence de cette vie. Dans cette spiritualité, on parvient à la sainteté si on marche vers Dieu en unité. […]

Sainte Thérèse d’Avila, docteur de l’Église, parle de la réalité de l’âme habitée par la majesté de Dieu comme d’un « château intérieur », qu’il faut découvrir et éclairer petit à petit au cours de la vie, en surmontant diverses épreuves. C’est là un sommet de sainteté dans une voie avant tout individuelle, même si Thérèse entraînait dans cette expérience beaucoup de jeunes filles.

Le moment nous semble venu de découvrir, d’éclairer et de construire non seulement ce « château intérieur », mais aussi un « château extérieur ». […]

En réfléchissant au fait que cette nouvelle spiritualité parvient jusqu’aux responsables de la société et de l’Église, on se rend compte que ce charisme[…] tend à le faire (ce château extérieur également) de tout le corps social et ecclésial.

Récemment, Jean-Paul II, s’adressant à près de soixante-dix évêques, amis du Mouvement, disait : « Le Seigneur Jésus […] n’a pas appelé les disciples à le suivre de manière individuelle, mais d’une manière indissociablement personnelle et communautaire. Et si cela est vrai pour tous les baptisés – continue le Pape – cela vaut de façon particulière […] pour les apôtres et leurs successeurs, les évêques[1]. »

Ainsi cette spiritualité, comme tous les charismes, est faite pour tout le peuple de Dieu, dont la vocation est d’être toujours plus un et plus saint.

Chiara Lubich

Extrait de : Une spiritualité de communion. In : Chiara Lubich, Pensée et spiritualité, Nouvelle Cité 2003, p. 70.

[1] Insegnamenti di Giovanni Paolo II, XVIII (1995)1, Città del Vaticano 1997, p. 382.

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *