Évangile vécu : être des instruments de consolation


Jésus n’est pas indifférent à nos tribulations et s’engage à guérir nos cœurs de la dureté de l’égoïsme, à remplir notre solitude, à donner de la force à notre action.

Un couple sauvé
L’une de nos filles traversait un moment extrêmement délicat dans sa vie de couple. La dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle m’a confié qu’elle avait désormais perdu tout espoir de sauver son mariage ; la seule chose à faire, m’a-t-elle dit en pleurant, était de divorcer. Mon mari et moi avions toujours été frappés par la promesse que Jésus avait faite aux disciples : « Si deux d’entre vous sur la terre s’accordent pour demander quelque chose, mon Père qui est aux cieux vous l’accordera. » Avec cette confiance, j’ai promis à notre fille qu’avec ses cinq autres frères, nous prierions pour la réconciliation. Peu de temps après, elle m’a appelé, presque incrédule : après mûre réflexion, son mari avait accepté de s’entretenir avec ceux qui pourraient les aider à résoudre leurs problèmes. En fait, ils se sont réconciliés. Et ce n’est pas tout : après quelques années, notre gendre lui a manifesté son désir de faire partie de l’Église catholique. C’est pourquoi il lui a demandé de l’accompagner chez un prêtre pour commencer la préparation nécessaire.
(G. B. – Usa)

Un nouveau départ
J’avais hâte de commencer à enseigner dans un lycée de l’Église d’Angleterre, dans un quartier à l’ouest de Londres. Mais mon enthousiasme s’est vite dissipé : déçu par l’accueil des élèves et en conflit avec eux, j’ai commencé à utiliser mes pouvoirs. Mais en me confiant à des amis, je me suis rendu compte qu’il me fallait  suivre une autre voie, même si je me sentais du bon côté. Jésus ne ferait pas cela. Le lendemain, en classe, je me suis excusé en disant que j’avais probablement fait beaucoup d’erreurs qu’un professeur plus expérimenté aurait évitées. Dans un grand silence et en écoutant les élèves, j’ai dit que j’essaierai de les voir tous avec des yeux nouveaux, en espérant qu’ils feraient de même avec moi. L’un des principaux fauteurs de troubles a accepté publiquement mes excuses, s’excusant à son tour pour son propre comportement et celui du reste de la classe. À ces mots,plusieurs élèves ont aquiescé. J’ai vu certains d’entre eux sourire. Quelque chose d’imprévisible s’était produit : un professeur s’était excusé devant toute la classe. C’était un nouveau départ pour tout le monde.
(G.P. – Angleterre)

Le gars du carrefour
Chaque matin, avant de me rendre sur mon lieu de travail en tant qu’agent de la circulation, je vais généralement à la messe et je demande à Jésus de m’aider à aimer tous ceux que je rencontre pendant la journée. Un jour, à un carrefour très fréquenté, je vois un jeune en moto filer à toute allure. Au bout d’un certain temps, il revient, toujours à très grande vitesse, et cela se répète plusieurs fois. Je lui dis en vain d’arrêter, en espérant dans mon cœur qu’il ne causera pas de problèmes. Finalement, il s’arrête, juste pour me dire : « J’ai beaucoup de difficultés, je veux en finir ». Je l’écoute un bon moment, tout en continuant mon travail. Je lui propose mon aide, et je ne lui donne pas d’amende. Je le vois s’en aller plus paisiblement. Quelques années passent. Alors que je suis en service dans un autre lieu, un jeune homme souriant s’approche de moi et m’embrasse, ému. Je lui dis : « Écoutez, vous devez vous être tropmé de gendarme. » Et il dit : « Non, je suis le gars du carrefour ; maintenant, je suis heureux en mariage et dans la vie. J’ai fait tout le trajet depuis la ville où j’habite maintenant, parce que je voulais vous remercier. » Dans mon cœur, je ne peux que remercier Dieu.
(S.A. – Italie)

Stefania Tanesini

(extrait de Il Vangelo del Giorno, Città Nuova, année VI, n°6, novembre-décembre 2020)

 

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *