C’est la nuit que l’on voit les étoiles


La souffrance maître de sagesse. C’est la conviction que Chiara Lubich exprime dans la réflexion qui suit. Nous devons approcher ceux qui souffrent non seulement avec compassion mais dans une attitude de déférence et d’écoute.

Pourquoi un homme ignorant les sciences, même religieuses, est-il devenu saint avec seulement le livre du Crucifié ?

Parce qu’il ne s’est pas arrêté pour le contempler ou pour le vénérer, et en embrasser les plaies, mais qu’il a voulu le revivre en lui-même. Celui qui souffre et qui est dans l’obscurité voit plus loin que celui qui ne souffre pas, tout comme le soleil doit se coucher pour qu’on voie les étoiles.

La souffrance enseigne ce que l’on ne peut apprendre d’aucune autre manière. Elle siège sur la plus haute chaire. C’est un maître de sagesse, et celui qui a la sagesse est bienheureux (cf. Pr 3, 13). « Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés » (Mt 5, 4), non seulement par la récompense de l’au-delà, mais également par la contemplation des choses célestes ici-bas.

Il est nécessaire d’approcher ceux qui souffrent avec le respect, et plus encore, avec lequel on approchait un temps les aînés, quand on attendait d’eux la sagesse.

Chiara Lubich

Chiara Lubich, Vede più lontano. Scritti Spirituali/2, Città Nuova Editrice – Rome, 1997, p. 78.

 

 

5 Comments

  • Chiara è stata la mia maestra spirituale ed umana fin dalla mia giovinezza ed oggi continua ad guidarmi sul cammino della vita passo dopo passo. Al Lei, che con il suo « Sì » a Dio è stata il veicolo di tanto amore, sapienza e gioia di vivere.
    Grazie di tutto e per tutto !

  • Chiara riesce sempre a stupirmi! Penso che anche per chi non crede in Dio la sofferenza sia una maestra di vita perché fa come uno strofinaccio con la polvere sopra un mobile. Certo è che per chi crede e la sa accettare e prendere dalle mani stesse di Dio, la sofferenza spalanca una voragine di sapienza e costui comincia a vedere chiaramente sia le cose della sua vita sia quelle di chi gli sta intorno. E gli viene spontaneo dar lode a Dio e ringraziarlo per tale predilezione.

  • This wisdom is being experienced by many Filipinos who have suffered and are still suffering from the social ills and tragedies from injustice, calamities etc. And they say may awa ang diyos (God has mercy on us). Many of them believe that God will not abandon them.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *