Harmonie pour la paix : la marche (virtuelle) qui ne s’arrête pas


La marche, qui en est à sa huitième édition et qui s’inscrit dans le cadre du festival « Harmonie entre les peuples », ne s’arrête pas, même avec le Covid. Nous en parlons avec Antonella Lombardo, directrice artistique de l’école de danse Laboratorio Accademico Danza (LAD) à Montecatini (Italie) et promotrice de l’événement.

Nous les avons vus dans les endroits les plus disparates pendant ces mois de pandémie : des pianistes, des violonistes, des rockers, des chanteurs de pop et d’opéra sur les toits, sur les places, dans les parcs, en gardant toujours la bonne distance. Cela prouve que rien ni personne ne peut arrêter l’expression artistique, pas même un virus mondial. Antonella Lombardo, directrice artistique de l’école Laboratorio Accademico Danza à Montecatini, près de Florence (Italie) et créatrice du festival « Harmonie entre les Peuples » qui promeut l’idée de la recherche d’une harmonie possible à travers l’art depuis 15 ans, comme instrument transversal et universel. Le Covid n’a pas réussi à empêcher l’édition 2020 d’avoir lieu.

Sous quelle forme le festival a-t-il eu lieu cette année ?
La marche « Harmonie pour la paix » est l’un des principaux événements du festival « Harmonie entre les peuples ». Nous savions que cette année nous n’aurions pas pu le faire de manière traditionnelle. Le format virtuel était la seule possibilité de ne pas nous arrêter et nous l’avons donc lancé le 12 novembre. Aux écoles de la région dans laquelle nous nous trouvons, mais aussi au-delà, en dehors de l’Italie, nous avons invité à réaliser des vidéos exprimant le sens de la paix. La réaction a été incroyable : bien que de nombreuses écoles en Italie utilisent désormais l’enseignement à distance, à partir d’un certain degré, les enseignants ont soutenu le projet, les élèves ont réagi avec enthousiasme et tout a pris une valeur plus élevée, également du point de vue de l’établissement de relations. Les professeurs ont collaboré entre eux, de nombreuses classes ont réalisé des vidéos que nous avons publiées sur la page Facebook de l’association culturelle DanceLab Armonia et nous avons reçu des vidéos non seulement d’Italie, mais aussi d’autres pays comme la France et la Jordanie. Ainsi a pris forme un marathon numérique extrêmement varié qui dit « paix » dans les formes artistiques et chorégraphiques les plus diverses.

Parmi les documents que vous avez reçus, y a-t-il quelque chose qui t’a frappé d’une manière particulière et pourquoi ?
Tout d’abord, nous avons été frappés par les interactions nées entre les jeunes : nous ne savons pas où tout cela arrivera et le fait qu’ils se sont réunis pour travailler sur ce que signifie construire la paix, aujourd’hui, est peut-être la chose la plus importante. Avec leurs professeurs, ils ont dû trouver des idées pour réaliser ces vidéos ; ils ont approfondi le sens de la paix, le fait que ce n’est pas un slogan et cela les a poussés à creuser dans le cœur de chacun.

Même les fonctionnaires des municipalités de notre territoire qui ont vu la naissance et la croissance du festival « Harmonie entre les peuples » étaient enthousiastes et nous ont dit que c’était l’une des plus belles activités qui ont marqué leur vie. En bref, ces relations sont les plus beaux fruits : de vraies relations, basées sur des relations construites sur le bien mutuel.

Quels projets avez-vous maintenant ?
En collaboration avec la Custodie de Terre Sainte et en particulier avec le soutien du Père Ibrahim Faltas et de la Fondation Jean-Paul II, nous travaillons à la création d’une école de danse à Bethléem. Ce projet se veut une lueur d’espoir pour donner de la dignité à tant d’enfants qui, dans ces territoires, sont des prisonniers à ciel ouvert.

Un autre projet est le Campus international de formation à la danse qui sera basé en Italie mais qui sera international. Ce sera un lieu de formation où l’art deviendra un outil pour briser toute sorte de barrière ; ce sera un lieu de formation pour tous les jeunes qui veulent laisser une trace et utiliser ce langage pour apporter la beauté partout, même là où cela semble impossible.

Stefania Tanesini

1 Comment

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *