Migrants en Amérique du sud : une histoire que nous vivons aujourd’hui


Les aides des communautés des Focolari dans les pays d’Amérique latine sont des gestes concrets pour être « tous frères », comme l’invoque le pape François dans sa dernière encyclique.

Au Pérou et dans d’autres pays d’Amérique latine, nous assistons à l’arrivée incessante de migrants, surtout des Vénézuéliens, mais aussi des Cubains, des habitants d’Amérique Centrale, des Haïtiens, des Arabes. Les communautés du mouvement des Focolari s’engagent chaque jour à aider ces personnes.

« Notre aventure au Pérou commence quelques jours avant Noël 2017 », dit Silvano Roggero, focolarino au Pérou. Nous avions invité à déjeuner chez nous des Vénézuéliens que nous avions rencontrés. Au début, ils étaient cinq, puis nous nous sommes déplacés au Centre Juan Carlos Duque parce que les invitations dépassaient les 120 personnes !

Je me souviens de la rencontre de Geno avec Karlin et ses trois jeunes enfants. Accroupie sur le trottoir, elle vendait des bonbons. Geno a entendu en lui une voix forte: “C’est Jésus ! ”. Sur le chemin du retour, il lui achète des bonbons et l’invite à déjeuner. Ce dimanche-là, elle est venue avec ses 3 enfants et a également amené sa sœur avec ses 2 enfants ».

En Colombie, près de Bogotá, Alba, arrivée en tant que migrante du Venezuela en 2014, est devenue une référence pour les « Caminantes » (migrants) qui passent tous les jours.

Un jour, alors qu’elle n’avait pas encore déjeuné, une femme enceinte avec son partenaire est passée, ayant besoin d’une visite. Au dispensaire, une infirmière très attentive et aimable pouvait les aider. Malgré le froid, la faim, le souci de laisser ses collègues bénévoles seuls et même ses enfants à la maison sans déjeuner, Alba est restée à les attendre. À la fin de la visite, elle a raccompagné les deux jeunes parents. Que s’est-il passé ? Les Caminantes, sachant ce qu’Alba avait fait pour eux, ont réuni deux sous pour acheter deux cartons d’œufs pour elle, ses enfants et ses collègues ! Le centuple, vraiment! De qui ? De ceux qui en ont le plus besoin !

Fin 2018, la communauté des Focolari de Mexico s’est jointe à « l’accueil humanitaire » des caravanes de migrants. Cette association civile, inspirée par le charisme des Focolari, a apporté sa contribution technique et sa coordination avec les autorités. Un canal a été activé pour faciliter l’arrivée de nourriture, de vêtements, de produits d’hygiène personnelle et de dizaines de couvertures. On peut imaginer la gratitude des migrants.

Le Brésil a également accueilli de nombreux migrants. « La multiplication des dons nous surprend », raconte la communauté locale. « Nous faisons une demande pour un poêle et soudain nous en obtenons plusieurs. Quelqu’un nous demande un évier et le lendemain, une personne que nous ne connaissons pas se rend disponible et en donne cinq.

Un jour, un ami va acheter quelque chose à nous donner. Il explique au vendeur les raisons de l’achat et est surpris par la remise et la livraison gratuite. Une autre fois, une personne que nous ne connaissons pas nous dit : « Je vais organiser un événement et commander de la nourriture que vous enverrez à ceux qui en ont besoin ».

Lorenzo Russo

3 Comments

  • Da mucha alegria ver a tantos que se donan para ayudar a personas que tanto necesitan y que estan lejos de su tierra y a través se ello se manifiesta la providencia de Dios

  • Hermoso reportaje, y esto se repite cada día en muchos lugares, aquí en Lima, Perú somos testigos de la Providencia Divina, es como una lluvia de bendiciones que no para, el Centro Juan Carlos Duque, del Movimento de Los Focolares vive a diario este milagro, llegan insumos, los entregamos y vuelven a llegar más.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *