Pandémie et biens en circulation


Récits d’entraide en Amérique centrale. Une communion de biens qui génère l’espoir

En raison de la pandémie du Covid-19, les pays d’Amérique centrale et méridionale traversent un moment de grande fragilité économique : de nombreux emplois ont cessé, ainsi que l’école, les relations sociales, les affections personnelles. Malgré tout, la communion des biens des différentes communautés des Focolari n’a jamais cessé, comme le demande le Pape François envers les personnes en difficulté, pour générer une culture de la fraternité jour après jour.

Carolina, du Guatemala, en témoigne : « Beaucoup de gens perdent leur emploi. Un de mes cousins est parmi eux. Pour continuer à recevoir un revenu, il avait besoin d’un ordinateur portable. Alors, sans réfléchir, j’ai décidé de lui donner le mien. Il était très reconnaissant et j’étais heureuse de lui venir en aide ».

Zarita, une fille (Gen3) d’Oaxaca au Mexique, lors d’une réunion par zoom, a appris que la « communion extraordinaire Covid-19 » avait commencé. La proposition consistait à créer une tirelire en utilisant des matériaux recyclables. Sa tante dit : « Quand Zarita m’aide à faire quelque chose, elle me dit : ‘donne-moi une pièce pour ma tirelire’. Elle a également perdu deux dents de lait et a envoyé l’argent qu’elle a reçu pour son courage ».

À Mexico, dans l’une des zones les plus marginalisées, le Centre social intégral d’Águilas remplit depuis plus de 30 ans sa mission de promotion des droits de l’homme et d’une culture de la paix. Une partie de la communauté des Focolari y mène des activités d’assistance. Avec le confinement, le Centre a dû fermer. Grâce à la communion extraordinaire des biens, il a cependant continué à répondre aux besoins fondamentaux de la population du quartier, en aidant en particulier 120 familles et en assurant une réouverture ordonnée de l’installation conformément aux mesures d’hygiène et de salubrité exigées par les autorités.

Au Guatemala, en revanche, le Centre éducatif Fiore, lié aux Focolari, accueille depuis des années des étudiants de diverses origines, langues et cultures, en particulier les couches les plus pauvres et les plus vulnérables. La crise économique générée par le COVID 19 a frappé très durement l’économie déjà faible du pays. De nombreuses familles se sont retrouvées sans travail et ont dû réduire les frais de scolarité pour se concentrer sur l’indispensable pour vivre.  Le centre éducatif Fiore a été obligé de fermer, mettant ainsi en danger l’éducation de nombreux enfants des couches les plus défavorisés. Cependant, grâce à l’extraordinaire communion des biens, tant locale que mondiale, il a été possible d’intervenir pour lancer un projet de requalification permettant la réouverture de l’école. Les enfants (Gen4) du monde entier donneront également au Centro Fiore l’argent recueilli lors de l’action « Ils ont délogé Jésus ». 

Déplaçons-nous au Honduras, Javier écrit : « Cristina, ma voisine travaille dans une école privée qui est maintenant fermée. Son mari travaille comme agent de sécurité privée dans un centre commercial, fermé aussi à cause du Covid. Ils n’arrivent pas à payer leur loyer, leurs factures et ils ont un fils de 13 ans. Je me mets à leur place et c’est vraiment angoissant ». Javier les a fait participer à de petits travaux dans le quartier et s’intéresse constamment à leur situation et veille à ce qu’ils ne manquent pas de nourriture.

Luis, du Costa Rica, ajoute : « certains agriculteurs de San Vito, à 100 km de Buenos Aires, ont fait don de leur récolte à leur communauté touchée par la pandémie. En apprenant cette expérience, motivée par le grand acte d’amour de ces personnes, j’ai immédiatement organisé le don d’ananas dans l’entreprise privée où je travaille. En réponse, certains de ces agriculteurs nous ont donné une partie de leurs semences de légumes, de riz et de maïs, pouvant ainsi poursuivre cette expérience, qui est devenue une chaîne. Douze fonctionnaires de cette entreprise ont, pendant leur temps libre, semé ces graines afin que les produits récoltés soient également livrés dans cette région. Étant donné la disponibilité de l’ananas, lorsque le marché européen (qui les achète) a été fermé, nous nous sommes également consacrés au troc ».

Lorenzo Russo

Si vous voulez apporter votre contribution pour aider ceux qui souffrent des effets de la crise mondiale de Covid, allez à ce lien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *