Les héros du « care »


Quatre histoires de ceux qui « osent se soucier des autres » chaque jour : parce qu’il n’est pas nécessaire d’attendre la Journée mondiale de la paix pour construire un monde plus uni.

« Ne cédons pas à la tentation de négliger les autres, surtout les plus faibles, ne nous habituons pas à détourner le regard, mais engageons-nous chaque jour concrètement à former une communauté composée de frères et de sœurs qui s’accueillent les uns les autres, en prenant soin les uns des autres ».

Les mots de conclusion du message du Pape François pour le 1er janvier 2021, la 54ème Journée Mondiale de la Paix, sont un programme révolutionnaire pour la vie des personnes et des peuples pour cette année 2021 dans laquelle sont placés des espoirs infinis de paix ; une paix qui passe par la lutte contre la pauvreté, par une plus grande dignité de la personne, par le travail pour la résolution de toutes les formes de conflit, et enfin (et non des moindres) par la sauvegarde de la planète.
Nous ouvrons cette année 2021 avec les récits de ceux que nous avons voulu définir comme étant  les « héros de l’entraide » : des gens comme nous, ou ceux qui vivent à côté de nous, qui n’ont pas manqué de précieuses occasions d’amour et de proximité dans les lieux les plus divers. Car le champ d’action des soins est vaste : il est aussi grand que le monde.

Juniors pour un Monde Uni (Mexique) – « Nous voulions réaliser un projet ayant un impact à la fois social et environnemental et nous avons eu l’idée de collecter des bouchons en plastique pour les donner à une fondation qui s’occupe des personnes atteintes de cancer, afin de les aider grâce à l’argent récolté. Nous avons donc contribué à respecter l’environnement en recyclant le plastique et en aidant ces personnes à se soigner. À ce jour, nous avons effectué 23 livraisons pour un total d’un million de bouchons collectés en moins d’un an ! En outre, nous avons collecté des déchets recyclables et, avec l’argent récolté, nous avons pu donner de la nourriture à l’hôpital, des vêtements à des personnes aux ressources limitées et aider des maisons de retraite. Nous avons également planté des arbres dans certains quartiers de la ville ».

Sandra Mugnaioni (Italie), enseignante à la retraite – Au lycée Copernico de Prato, elle mène depuis une vingtaine d’années des projets qui aident les élèves à devenir des « citoyens actifs ». L’un des projets les plus intéressants est celui des Peer Educator: les élèves choisissent un thème, en accord avec les enseignants qui suivent le projet, différent d’année en année : ils lisent des documents, étudient les différentes facettes du problème, puis décident de ce qu’ils vont faire. « L’année dernière, le thème était ce qu’on appelle les « écomafias » ». À la fin du parcours, 700 lycéens de la ville ont joué une pièce de théâtre, la Gardugña, (Notre cause en espagnol). « Les étudiants acquièrent ainsi une sensibilité et une compétence qui leur permettent de devenir des formateurs de leurs pairs, même de pairs en difficulté : ce sont en effet les pairs éducateurs qui, une fois diplômés, ne cessent de chercher des opportunités de faire le bien et ne renoncent pas à convaincre leur prof, à tel point que l’expérience, au lycée et en dehors, est partagée et construite par un groupe d’enseignants de plus en plus important ».

Rolando (Guatemala) – Rolando est le propriétaire du Spokes Café. Il y a deux ans, il a visité une ‘maison d’accueil’ près de son quartier et a rencontré Madelyn à qui il a proposé de travailler comme barman. « Nous essayons de faire de notre bar un tremplin pour des jeunes comme elle », raconte Rolando, « en leur apprenant un métier, pour rompre ce cercle vicieux et les préparer à affronter le monde avec dignité. Souvent, ils décident ensuite de poursuivre leurs études à l’université et cela nous remplit de satisfaction ».

Madelyn a 21 ans et est entrée dans cette maison d’accueil avec sa sœur. La plupart des jeunes qui y vivent sont victimes d’abus et d’exploitation. Certains ont même fait l’objet de trafics d’êtres humains. Bien que les jeunes femmes soient en sécurité dans ce foyer, beaucoup souffrent de la stigmatisation et parviennent rarement à trouver un travail décent. Madelyn dit qu’elle a toujours eu du mal à communiquer avec les gens : « J’ai encore un long chemin à parcourir, mais peu à peu j’apprends. En travaillant ici, j’ai découvert un sens des responsabilités et que derrière chaque client, il y a une personne. Ce travail a marqué un tournant dans ma vie ».

Maria Liza (Philippines), procureur général de Tacloban – Le Centre de développement social pour les enfants (SDCC) est un refuge pour jeunes situé dans la partie nord de la ville de Tacloban, l’île qui a été gravement touchée par le typhon Haiyan en 2013. Aujourd’hui, le centre est dans une situation difficile en raison du manque de financement. « Nous sommes donc allés voir notre maire et nous lui avons proposé nos services », explique Maria Liza, « nous avons commencé à collecter des fonds pour faire face au manque de provisions et de médicaments, mais nous avons aussi pris en charge les signalements de violences de mineurs ».
« Mais le plus important est que nous avons réussi à attirer l’attention de l’opinion publique sur le centre. Si nous n’y étions pas allés, personne n’aurait jamais admis leurs conditions de vie. Cela a créé une sorte de « préoccupation » publique pour que l’administration municipale puisse vraiment s’occuper de ces enfants ».

Stefania Tanesini

Pour connaître les récits complets, visitez la page web du projet United World Project

2 Comments

  • Merci beaucoup pour ces témoignages, qui attestent que la culture de la fraternite croit bel et bien, sans faire la une des médias mais avec ténacité, créativité et universalité,en partant d’un point sûr : les plus pauvres et notre planète. Une petite correction à apporter : le lien vers le Spokes café renvoie au message du pape… Si il peut être corrigé, ce sera super ! Merci cependant pour tout.

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *