Prendre soin de la ville


L’engagement d’une petite communauté de la région de Murcie en Espagne a donné lieu à de nombreuses activités visant à ouvrir des espaces de dialogue et de solidarité : rencontres entre citoyens et hommes politiques, événements culturels, activités pour les urgences sociales et humanitaires.

Aljucer est une petite ville de la région de Murcie, dans le sud de l’Espagne. Il y a douze ans, la communauté locale des Focolari s’est demandé comment concrétiser son engagement à vivre la fraternité et à avoir un impact sur le plan social dans cette ville, immergée dans une zone fertile et proche de la mer Méditerranée, où les urgences, grandes et petites, ne manquent pas.

La première étape a consisté à trouver un moyen de mettre en œuvre des formes de participation plus ouvertes et plus inclusives dans la vie de la ville. Pour cela, en collaboration avec d’autres groupes, ils ont créé l’association culturelle « ACLF Aljucer ». « La première expérience que nous avons eue en tant qu’association – disent-ils – a été de réunir les différents maires qui ont administré la ville pendant la période démocratique espagnole. Il n’a pas été facile de faire les invitations, mais à la fin tout le monde a accepté de participer. Ils ont eu l’occasion de se présenter, de se souvenir de l’époque où ils occupaient leurs fonctions et, dans certains cas, de se réconcilier. A la fin, en nous remerciant, ils nous ont encouragés à poursuivre dans cette voie ».

Une expérience qui a donné naissance à une idée : répéter les rencontres chaque année pour rapprocher les hommes politiques et les citoyens. C’est ainsi que sont nés « In Our Hands » et « The Speaker ». « Le premier événement, qui en est à sa douzième édition – expliquent-ils – a lieu avant les élections et offre un environnement serein qui favorise le dialogue entre les citoyens et les candidats. Dans le second cas, en revanche, un sujet d’actualité est choisi et la parole est donnée aux hommes politiques et aux citoyens. Les interventions et les propositions sont recueillies, publiées sur le site web de l’Association et proposées comme contribution au Conseil municipal. Certains des thèmes proposés ont été étudiés en profondeur et, à partir de cette expérience, l’idée d’un centre culturel sous le contrôle de la municipalité est apparue et se concrétise actuellement ».

Un autre domaine d’activité de l’Association est le domaine culturel : concerts, présentations de livres et expositions. Et puis « Aljucereños », un événement au cours duquel des personnalités de la culture, de la musique, de la peinture, de la littérature, de la politique, de l’économie et de la médecine racontent leurs expériences de vie et les motivations de leurs choix. Avec d’autres associations, ils encouragent une réunion mensuelle et organisent une Foire annuelle des Associations.

Mais pour parvenir à la fraternité, il faut aussi écouter et répondre aux souffrances et aux blessures de la région. « La première étape dans le domaine de la solidarité – poursuivent-ils –  a été un dîner dans le cadre du projet ‘Fraternité avec l’Afrique’, destiné à financer des bourses pour les jeunes Africains qui se sont engagés à travailler dans leur pays pendant au moins cinq ans. En peu de temps, elle est devenue notre activité principale, celle pour laquelle beaucoup de gens nous connaissent . Des commerçants et des associations collaborent à la réalisation des dîners, qui réunissent environ deux cents personnes. Dans chaque édition, nous fournissons des mises à jour sur l’évolution du projet ».

Mais l’association collabore également à des initiatives promues par d’autres organismes en soutien aux urgences humanitaires (Philippines, Madagascar, Croatie) et s’est engagée en faveur des réfugiés en raison de la guerre en Syrie. La dernière activité en date a été une collecte de fonds pour le Liban, après les explosions à Beyrouth en août 2020.

Et même lorsque les urgences se sont rapprochées de la maison, ils n’ont pas reculé. « L’année dernière – expliquent-ils – notre priorité était de collecter de l’eau et de la nourriture pour les personnes touchées par les inondations dans notre région. Nous avons également organisé des activités bénévoles et des collectes de fournitures scolaires pour une école de notre région qui compte un pourcentage élevé de population menacée d’exclusion sociale. L’année dernière, nous avons soutenu trois familles touchées par la pandémie en leur fournissant de la nourriture, des médicaments et une aide financière. Nous diffusons toutes ces activités par le biais du site web et du profil Facebook de l’Association, ce qui nous aide à promouvoir une culture de la solidarité à grande échelle ».

Anna Lisa Innocenti

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *