Le Burundi et le projet « On peut y arriver ! »


Microcrédit et microfinance communautaires pour soutenir la croissance de projets en expansion. Le témoignage de Rose sur l’importance de l’initiative soutenue par l’Amu.

BIRASHOBOKA en Kirundi signifie « ON PEUT Y ARRIVER ». C’est de cette conviction qu’est né au Burundi (Afrique) le projet de Microcrédit et de Microfinancement communautaire. Malgré les grandes difficultés dans lesquelles le pays se trouve encore – il est le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique et l’un des cinq pays ayant les indices de pauvreté les plus élevés au monde – l’Amu, Action pour un Monde Uni-Asbl, une organisation non gouvernementale de développement inspirée par la spiritualité du Mouvement des Focolari, soutient depuis un certain temps les capacités des communautés locales. En effet, depuis 2007, en pleine synergie avec l’asbl CASOBU (Cadre Associatif des Solidaires du Burundi), elle aide les familles locales dans un processus de formation et d’amélioration de leurs conditions de vie.

Avec le projet « On peut y arriver ! », il vise à créer des groupes de microcrédit communautaires dont les membres peuvent s’autofinancer pour créer des activités de travail et, dans un deuxième temps, à créer un groupe de microfinance communautaire pour soutenir la croissance de projets en expansion.

« Dans mon groupe, nous avons commencé il y a 13 ans, dit Rose, avec le premier crédit que j’ai obtenu, je me souviens très bien que je n’ai rien fait de particulier, j’ai acheté des vêtements et des biens dont j’avais besoin, mais le reste, je l’ai gaspillé.

Au début, je ne savais pas comment créer une entreprise et ce qui se passait souvent, c’est que j’avais du mal à rembourser les crédits que j’avais reçus. Puis j’ai réalisé que je ne pouvais pas continuer à prendre un prêt sans un projet concret et j’ai finalement décidé de commencer le projet de restaurant avec les premiers 300 000 Fbu (150 €). J’ai commencé à acheter des casseroles, des plats et peu à peu j’ai ouvert le restaurant.

C’était en 2009, je n’avais pas encore de travailleurs. À cette époque, mes enfants m’aidaient à la cuisine et je prenais le bus pour apporter la nourriture à la ville où j’avais mes clients.

Comme ils ont appris à me connaître et que la clientèle a augmenté, j’ai pu embaucher des travailleurs. Je suis fière que grâce au salaire qu’ils perçoivent, je participe aussi à la réalisation de leurs rêves ».

Rose, heureuse d’avoir entrepris ce voyage, est maintenant en mesure de fournir un salaire à 5 autres familles en plus de la sienne. Elle aimerait maintenant améliorer et développer son entreprise, par exemple en louant une maison plus grande, où elle pourrait cuisiner et réduire ses frais de restaurant et de déplacement.

C’est une décision très courageuse car il s’agit d’un gros investissement et Rose n’a ni les qualifications ni les garanties nécessaires pour obtenir un prêt auprès d’une banque.

Et c’est précisément pour Rose et beaucoup d’autres personnes qui, comme elle, souhaitent développer leurs entreprises que le projet AMU et CASOBU est né, en soutenant le démarrage d’une institution communautaire de microfinance pour offrir des services d’épargne et de crédit à des personnes qui ont de grands rêves mais qui sont encore non bancarisables.
Pour soutenir le projet, cliquez ici

Lorenzo Russo

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *