Pourquoi une autre biographie de Giordani ?

© CSC -Audiovisivi


Nous avons posé la question au professeur Alberto Lo Presti et à la doctoresse Elena Merli du Centre Igino Giordani qui a rédigé « Igino Giordani un eroe disarmato » (Città Nuova Ed.).

Il existe de nombreuses biographies sur Giordani. Pourquoi une autre ?
Elena Merli : Les biographies écrites précédemment ont pris en considération une période limitée de la vie de Giordani. Après la première biographie de 1936, il y eut celle de Tommaso Sorgi, qui fut un ami et un profond connaisseur de Giordani. Il a écrit une biographie inspirée et détaillée de la première période de Giordani, c’est-à-dire de sa naissance à 1948. D’autres biographies ont analysé la figure de Giordani sous un angle particulier : historique, spirituel, politique… Elles sont toutes précieuses, d’une grande richesse, mais par rapport aux précédentes, cette biographie a pu considérer la vie de Giordani à 360 degrés. Et elle a pu approfondir des aspects de la vie de Giordani jusqu’à présent peu explorés : par exemple, sa vie familiale ; sa relation très profonde avec Chiara ; cette période de lumière particulière qu’a été le « Paradis de ‘49 ». Sa vie au sein du Tiers Ordre dominicain n’avait pas encore été explorée en profondeur ; certains aspects des coulisses de sa vie politique n’avaient pas été dévoilés ; de même que certains de ses choix intimes, certains passages délicats de sa vie personnelle. Je tiens à souligner en particulier la nouveauté du chapitre consacré à ce qu’il appelait en plaisantant « la Giordanie », c’est-à-dire sa famille. Je pense que beaucoup prendront plaisir à découvrir les secrets de la situation familiale animée d’Igino.

La première chose qui attire l’attention dans ce volume est la prestigieuse préface signée par le Président de la République Italienne, Sergio Mattarella. Pourquoi lui ?
Alberto Lo Presti : Vous devez connaître le contexte. La première est que Sergio Mattarella connaissait personnellement Igino Giordani et que dans la préface, il en dit quelque chose. Et puis, on se souvient que la première biographie de 1936 a été écrite par son père – Bernardo Mattarella. Donc, il y avait un lien intéressant pour lui demander d’écrire une préface.
Il nous semble également que Sergio Mattarella interprète le rôle de Président de la République comme une source d’unité en Italie et dans le contexte international. Dans cette situation de crise sanitaire, il est une figure d’équilibre et de haute moralité.
Giordani était un témoin de l’unité en politique et de l’harmonie entre les peuples. Les parties du livre consacrées à son engagement politique décrivent l’action de Giordani pendant la guerre et dans l’après-guerre, sous les bombes et sous le fascisme, parmi les décombres de la reconstruction et parmi les lacérations sociales. Ce n’était pas une époque plus calme ou plus paisible qu’aujourd’hui. La fermeté de Giordani peut encore être utile aujourd’hui pour comprendre où aller.

Ce volume est le fruit d’un puissant travail de recherche archivistique. Est-ce qu’on sait déjà tout sur Giordani ?
Elena Merli : Nous disposons d’une quantité impressionnante de matériel, de documents, de correspondance, et aussi d’enregistrements audio et vidéo de nombreuses conversations de Giordani, publiques et confidentielles, transcrites et ordonnées. Tout cela a été très utile pour révéler les détails de ses affaires personnelles.
Combien de nouvelles et intéressantes découvertes nous faisons encore en explorant les archives ! Un grand nombre de ces nouvelles découvertes se trouvent maintenant à l’intérieur du volume. Je n’en citerai qu’une : les détails des dernières années de Giordani, lorsqu’il vivait ici, dans cette structure du Centre international du Mouvement des Focolari, qui abritait à l’époque – au premier étage – le focolare d’Antonio Petrilli, où Igino s’était installé en 1974 après la mort de sa femme Mya. Il s’agit de détails inédits qui témoignent de la fidélité d’Igino à la vie communautaire et de la profondeur de son humanité.

À qui s’adresse ce livre ?
Alberto Lo Presti : À tous ceux qui veulent résoudre le mystère des mystères, c’est-à-dire comment avoir une vie de don total à Dieu tout en étant immergé dans le monde des choses les plus communes.
Giordani a réussi à relever ce défi et a tracé une route que nous pouvons emprunter. Il avait toujours eu en lui la question de savoir comment faire… mais lorsqu’il a rencontré Chiara Lubich, il a également trouvé les réponses. Chiara était pour Igino la réponse à toutes ses questions existentielles. Il avait étudié la patristique, les théologiens médiévaux, les théologiens modernes, les grandes figures spirituelles, et pourtant il trouvait les réponses chez Chiara et dans la spiritualité de la communion.
Et je voudrais ici raconter une anecdote peu connue, l’une des nombreuses qui sont rapportées dans le livre.
Son désir de se donner à Dieu est si grand qu’il devient tertiaire dominicain à la fin des années 1920. Mais cela ne lui suffisait pas… la règle des tertiaires prévoyait au moins une messe par mois, un sermon par un frère prêcheur et rien de plus. Il voulait s’insérer davantage dans la vie religieuse. Il fit donc une proposition aux frères : louer un appartement, dans lequel ils pourraient se mettre d’accord : « vous en soutane (la soutane des frères) et nous en pantalon (les tertiaires laïcs).
De cette manière, faisons un peu de vie ensemble, autant que nous le pouvons ».

On lui a répondu que ce n’était pas dans les normes de l’Ordre dominicain et la question se termina ainsi. En pratique, à la fin des années vingt, Giordani avait dans son cœur quelque chose qui deviendrait plus tard pour lui, à travers Chiara, le focolare. Oui, il rêvait du focolare en 1928, quand ces épisodes se sont produits. Incroyable, n’est-ce pas ?

Édité par Lorenzo Russo

Pour acheter le livre, visitez la page web de l’ « Editrice Città Nuova ».

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *