Pérou : opération sauvetage


L’histoire d’Alex, responsable de la sécurité, de la santé et de l’écologie dans une entreprise de nettoyage des routes : à travers son travail il fait tout pour prendre soin de la planète et de toutes les espèces vivantes.

Alex travaille dans une entreprise qui effectue des opérations de lavage de routes avec des citernes d’une capacité de 5000 gallons (environ 19 000 litres). Celles-ci recueillent l’eau des piscines de saumure et arrosent les différents territoires d’une grande mine du nord du Pérou. L’entreprise est animée par certaines valeurs telles que : priorité à la vie, faire ce qui est juste, grandir et évoluer ensemble, mettre en valeur les salariés de l’entreprise, prendre soin de la planète et de toutes les espèces vivantes.

« Je supervise la sécurité, la santé et l’écologie et je fais toujours attention à la santé du personnel, en ayant comme objectif :  ‘aucun accident’ –  précise-t-il – Nous sommes également attentifs à l’impact de notre travail sur l’environnement, afin que la faune et la flore soient protégées, car nous sommes des intrus et nous devons respecter leur habitat sans le détériorer.

Il arrive souvent que des animaux meurent dans les bassins parce qu’ils pensent trouver de l’eau douce. Ils descendent la pente raide, glissent et tombent dans l’eau : cela arrive à des chèvres, des vaches, des renards… Aujourd’hui, nous avons trouvé un petit renard qui luttait pour ne pas se noyer et n’avait aucun espoir de s’en sortir par ses propres moyens.

Dans l’entreprise qui nous sous-traite, il y a un numéro de « secours d’urgence ». Mais, comme personne ne répondait, j’ai décidé d’agir pour le sauver. Avec un tuyau d’aspiration, soutenu par une corde, je me suis mis au travail. J’ai jeté la corde dans la piscine pour que le petit renard puisse s’y accrocher, mais … il n’avait pas la force de remonter. Je suis donc descendu dans le bassin avec l’aide de deux collègues qui tenaient la corde, et j’ai réussi à l’attraper. Il était frigorifié, je l’ai immédiatement recouvert de mon pull et nous l’avons emmené au bureau de secours. »

Ces paroles d’Alex font penser au texte Laudato Sì du Pape François lorsqu’il parle de Saint François qui  entrait en communication avec toute la création et prêchait même aux fleurs en les invitant à louer le Seigneur, car pour lui toute créature était sa sœur, unie à lui par des liens d’affection. Il s’est donc senti appelé à prendre soin de tout ce qui existe.

Alex poursuit : « Quand les employés sont rentrés et ont vu le renard, il m’ont sommé de l’enlever parce qu’il mouillait les meubles sur lesquels je l’avais posé. J’ai répondu que mes vêtements étaient également mouillés et que j’avais utilisé mon pull pour le réchauffer. Ils ont alors changé d’attitude et l’un d’entre eux a commencé à réchauffer le renard avec le tuyau d’échappement du camion.

J’ai appris plus tard que l’un des responsables avait émis un avertissement négatif à mon encontre pour m’être trop exposé. Mais je ne me suis pas découragé.

Le petit renard n’a jamais essayé de m’attaquer, en fait il me faisait confiance. Il a réussi à se rétablir et peu après, nous avons pu le libérer. »

Gustavo E. Clariá

 

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *