Évangile vécu : l’appel à servir


Malgré la fragilité et les craintes des disciples, Jésus a confiance en eux et les appelle à le suivre, à partager sa mission : servir tout le monde. Servir, non pas tant comme un esclave contraint de travailler, mais comme une personne libre qui offre généreusement ses compétences et ses forces.

Solidarité avec les Roms
La pandémie a exacerbé les problèmes sociaux dans notre région. Et l’un des plus graves est le logement : de nombreuses personnes ne savent pas comment le résoudre et vivent dans des situations de détresse, voire de grave dégradation. Lorsque, en tant que paroisse, nous avons aidé une famille rom à passer d’une cabane humide et délabrée à une maison plus digne, ce geste a permis de dépasser certains préjugés, comme pour dire que si le Père Peppino et les autres paroissiens accueillent des étrangers roms, cela signifie que ces personnes sont comme nous, que nous pouvons et devons aider. Pour eux, il y a eu un véritable concours de solidarité : certains ont donné des meubles, d’autres les ont transportés et montés, d’autres se sont occupés du contrat et d’autres des services publics. M., une maman rom de deux beaux enfants, dès son retour de l’hôpital où elle avait été admise pour Covid-19, m’a dit : « Je suis touchée et je voulais vous remercier, parce que je ne me suis jamais sentie autant aimée que par vous et toute la communauté ».
(Don Peppino – Italie)

Faites aux autres…
À l’école, j’avais un camarade de classe qui était apathique et très mauvais en maths. Je l’avais incité à plusieurs reprises à faire plus d’efforts, mais en vain. Il a raté son examen du premier semestre et a été humilié devant tout le monde et s’est mis à pleurer. Bien qu’il n’ait pas écouté mes conseils et se soit montré peu responsable, le conseil « Fais aux autres ce que tu voudrais qu’ils te fassent » m’est venu à l’esprit et j’ai pensé l’aider. Je lui ai proposé de lui donner des cours particuliers de mathématiques. Surpris et ravi, il a immédiatement accepté. Il n’a pas été facile pour lui d’atteindre un niveau acceptable, mais un petit miracle s’est produit : il a largement obtenu la moyenne au second semestre !
(Radu – Roumanie)

Proximité
Il y a environ dix ans, alors que la vie en Syrie était devenue difficile pour nous comme chrétiens, nous nous sommes demandé si nous devions rester. De nombreux proches et amis avaient choisi de partir, et d’après les nouvelles que nous recevions, ils semblaient avoir trouvé un environnement paisible, sans le bruit des armes, la terreur ni le danger. Pourtant, même si nous faisons peu, il nous semble que notre présence ici, jour après jour, correspond à une véritable mission. Il ne s’agit pas tant de témoigner de la foi ou de la fidélité à notre patrie, mais de vivre cette proximité dont parle le pape François. Nous sommes certains que pour nos enfants aussi, cette situation, même si elle ne reste pas facile, se révélera être une grande leçon de vie.
(V.M. – Syrie)

 Propos recueillis par Maria Grazia Berretta

 (extrait de Vangelo del Giorno, Città Nuova, année VII, n°4, septembre-octobre 2021)

 

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *