©Canva


Se donner et donner aux autres ce qui nous est cher est le plus grand geste que l’homme, sortant de lui-même, puisse accomplir ; c’est faire l’expérience des Rois Mages qui, de l’Orient lointain, sont venus à la grotte en apportant de précieux cadeaux pour honorer le Roi des Rois.

Les effets du partage
Je suis médecin, à la retraite depuis trois ans. Dans les dernières années de ma vie professionnelle, avant la pandémie, j’ai travaillé dans un centre de vaccination. Le travail était très exigeant. J’étais assez fatigué et j’avais hâte de prendre ma retraite. L’arrivée de la pandémie, la mise en place de la campagne de vaccination de masse, la demande de mise à disposition de tant de forces nécessaires (personnel médical et infirmier, y compris des retraités), ont suscité en moi un appel fort à retourner sur le terrain, à m’engager concrètement pour aider à endiguer cette vague qui nous balayait. J’ai commencé la campagne de vaccination dans un grand Hub. C’est une entreprise passionnante. En tant que médecin, je dois principalement recueillir les antécédents médicaux et donner la possibilité de recevoir un vaccin sûr. Il s’agit d’ouvrir mon cœur, ainsi que mon esprit et mes connaissances scientifiques, d’écouter profondément la personne en face de moi, de la comprendre et de l’accompagner dans un choix éclairé vers la meilleure chose à faire pour son propre bien et celui de la communauté. J’ai pu partager de nombreuses situations douloureuses de maladies personnelles, d’histoires et d’événements familiaux, de peurs, d’anxiété, de déceptions, d’idéaux et de projets brisés par la pandémie, de décès d’êtres chers, mais aussi de joies, d’espoir, de libération, d’encouragement et de confiance dans la science et la communauté. Les expressions que j’entends sont : « Merci, vous nous avez sauvés, vous nous donnez la paix… Je ne pouvais pas attendre pour venir me faire vacciner… Je suis excité… Je fais le vaccin non seulement pour moi, mais aussi pour les autres. » L’expression d’un monsieur en particulier m’a donné la mesure de ce que peut être mon service à l’humanité. Il m’a dit : « Je suis non-croyant, mais si Dieu existe, je l’ai rencontré aujourd’hui en vous. » J’ai remercié Dieu pour cette rencontre avant tout parce que j’ai fait l’expérience de la force de l’unité dans tout ce que je fais, et ce témoignage est celui du Dieu-Trinité qui se manifeste à travers ce « focolare ambulant » que j’ai voulu emporter avec moi.
(M.P. – Italie)

Du sucre et des chaussures
Un soir, en rentrant chez moi, j’ai vu mes filles inquiètes : un parent qui était venu demander du sucre avait emporté le peu qu’il nous restait. Je les ai calmées en leur disant qu’elle en avait plus besoin. Quelques minutes plus tard, une connaissance est arrivée avec un sac rempli de nourriture pour nous : à l’intérieur, entre autres choses, il y avait deux fois plus de sucre que ce que nous avions donné. Quelque temps plus tard, avec nos premiers revenus, nous avons enfin réussi à acheter une paire de chaussures pour notre fille aînée. Un jour, elle est revenue de l’école et m’a dit qu’elle avait l’intention de les donner à l’une de ses camarades de classe qui portait des chaussures en très mauvais état : « Maman, tu nous as appris que nous devions donner les meilleures choses aux pauvres », a-t-elle dit. Sachant combien de sacrifices elles nous avaient coûté, j’étais perplexe mais je n’avais pas envie de la contredire. Trois jours plus tard, une dame nous a apporté une nouvelle paire de chaussures de la même taille. Elle les avait achetées pour sa fille mais ils étaient trop petits. Notre fille m’a regardé, surprise et heureuse. Depuis que nous essayons de vivre les paroles de Jésus, nous faisons l’expérience que Dieu est Père et nous conduit par la main.
(C.E. – Mexique)

Publié sous la direction de Maria Grazia Berretta

(extrait de Il Vangelo del Giorno, Città Nuova, année VIII, n°1, janvier-février 2022)

2 Comments

  • Ciao Teresa mi spiace per il tuo momento triste…non commento mai ma la tua lettera mi ha fatto tenerezza, tanta…
    Nei momenti no tutti abbiamo scatti e reazioni non consone ma la persona se è autentica e vera riesce, passato il momento a rientrare e fare ammenda di quanto detto o fatto.
    Tu sicuramente lo sei una persona buona, gentile e corretta e le tue parole lo dimostrano quando dici: ho ammesso dopo essere andata via che non sono stata luce….ho pianto ma poi abbandonando l’orgoglio l’ ho chiamata e le ho chiesto perdono…
    Porta pazienza e cerca il confronto e il conforto di una persona di fiducia per allentare la tua tristezza…. Una buona notte a te

  • Oggi con queste due testimonianze mi sento piccola come un seme ….io ieri ho fatto peggio la mia fragile fede ha vacillato e non ho dato testimonianza di Amore …ho offeso una persona cara…ho ammesso dopo essere andata via che non sono stata luce….ho pianto ma poi abbandonando l’orgoglio l’ ho chiamata e le ho chiesto perdono ….avrò bisogno del sacramento della confessione ….che non faccio mai…perdonatemi anche voi ma sto vivendo un momento molto triste ma non giustifica il mio comportamento sbagliato…pace e bene a voi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.