En Amérique latine, la majorité de la population appartient à l’Église catholique romaine mais la relation entre les différentes Églises se développe depuis un certain temps. Le travail partagé dans le domaine social permet aux chrétiens de trouver de plus en plus d’espaces pour une véritable unité. L’un des moments les plus forts est la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, célébrée dans l’hémisphère sud autour de la fête de Pentecôte. Les jeunes prennent de plus en plus l’initiative de mener des actions concrètes. 

Les jeunes ont toujours été attirés par ce qui est inconnu, par ce qui est différent d’eux, par tout ce qui représente quelque chose de nouveau, même dans le domaine religieux; ils sont de plus en plus ouverts à ceux qui ne sont pas de leur propre église. C’est une expérience menée par Ikuméni, un atelier destiné aux jeunes chrétiens d’Amérique latine (ou latino-américaines) appartenant à différentes églises et traditions chrétiennes.

« Dès le premier jour, j’ai compris que cela allait être un défi personnel pour chacune des personnes présentes, à commencer par moi, qui fréquente quotidiennement des personnes majoritairement catholiques, comme moi.  Dans ce cours, tout était nouveau et chaque participant venait d’une église différente », raconte Carolina Bojacá, une jeune Colombienne du mouvement des Focolari.

Des jeunes chrétiens de différentes traditions deviennent compagnons de route dans cette formation qui constitue une expérience sans précédent dans le domaine œcuménique. À partir d’une foi commune en Christ, chacun se prépare à servir, que ce soit dans le domaine du développement durable, de la paix ou de l’aide humanitaire.

« En août 2021, j’ai assisté, sous forme virtuelle – poursuit Carolina – à une formation pour les jeunes sur les bonnes pratiques œcuméniques et interreligieuses. Dès le début, une très bonne atmosphère s’est créée entre tous et nous avons ressenti une forte envie de nouer des relations et de mieux nous connaître… En abordant chaque question, nous nous sommes également rendu compte que, pour avancer, nous devions souvent nous défaire des préjugés ou des idées préconçues qui se créent souvent au sein d’une communauté et qui ne nous permettent pas d’ouvrir notre esprit et notre cœur pour accueillir l’autre. Ce n’est qu’ainsi qu’il est possible de découvrir la beauté de ce qui nous unit mais aussi les différences qui font de nous ce que nous sommes en tant que Église ou réalité, sans que cela ne soit un obstacle pour travailler ensemble à un monde plus fraternel. Au fil des mois, nous avons appris à nous connaître et nous avons eu notre première rencontre en face à face. C’était vraiment agréable de voir nos relations se renforcer, de pouvoir s’embrasser, prier, dialoguer et découvrir la diversité et la richesse de chacun, y compris la mienne ».

Les jeunes qui suivent cet atelier se préparent au service commun. Comme le dit le document Servir le monde blessé du Conseil œcuménique des Églises et du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Les chrétiens doivent maintenant ressentir l’urgence d’un témoignage commun : les chrétiens ensemble au service, s’impliquant également avec les personnes d’autres religions dans une solidarité interreligieuse.

Carolina et son groupe ont également retroussé leurs manches : « En décembre, avec une autre fille du mouvement des Focolari qui participait également au cours, nous avons voulu apporter des cadeaux à une communauté indigène déplacée par la violence, dans la banlieue de Bogota. Nous avons proposé l’idée à tout le monde et la réponse a été très positive : beaucoup ont donné quelque chose et ont assuré leurs prières, montrant que, même si nous appartenons à une église différente, ce qui nous motive est cet amour inspiré par Jésus qui est notre modèle commun. Pour terminer notre formation, poursuit Carolina, chacun de nous a dû raconter ses activités lors d’une réunion en présence qui a eu lieu à Buenos Aires, en Argentine. Nous avons rencontré les participants du cours Ikuméni, mais nous avons également eu la présence de membres d’autres religions qui ont joyeusement partagé leurs pensées et leurs actions concrètes. C’était un moment spécial de pouvoir nous ouvrir également au dialogue interreligieux ».

Une expérience totalement nouvelle ; un témoignage de la fraternité qui se construit à partir de l’effort de chacun et du grand désir de se connaître et de faire de grandes choses, tous ensemble.

« Même si le cours est terminé, conclut Carolina, ce n’est que le premier pas pour répondre à un appel personnel et continuer à renforcer nos relations, afin de pouvoir nous entraider dans ces actions qui dilatent nos cœurs et continuer à travailler pour que le monde uni devienne une réalité ».

Carlos Mana

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.