L’amour familial : vocation et chemin de sainteté. Tel est le thème de la dixième Rencontre Mondiale des Familles qui se tiendra à Rome du 22 au 26 juin 2022. Le témoignage de quelques couples de « Familles Nouvelles », une branche du mouvement des Focolari, qui participeront à l’événement.

Un moment de célébration et de partage pour être embrassé par l’Eglise, « famille de familles » (Al 87) et se sentir partie intégrante de ce peuple en marche. Du 22 au 26 juin 2022, Rome accueillera la Xème Rencontre Mondiale des Familles, un événement né sous l’impulsion de saint Jean-Paul II en 1994 et repris tous les trois ans depuis lors dans des lieux différents. La rencontre, comme l’a annoncé le pape François dans un message vidéo, se tiendra cette fois sous une forme « multicentrique et étendue », pour répondre aux besoins dictés par la pandémie et au désir de très nombreuses personnes d’y participer. En effet, de nombreuses familles à travers le monde suivront l’événement dans leurs diocèses respectifs, tandis que d’autres auront la joie de vivre cet événement sur place.

« C’est la troisième fois que nous participons à la Rencontre Mondiale des Familles et, chaque fois, nous en revenons toujours comblés de grâces. »

Dori et Istvan Mezaros, Serbie

Istavan et Dori Mezaros (Serbie), sont les référents du Mouvement Familles Nouvelles en Europe de l’Est et ils racontent l’importance et la joie d’être présents à cet événement.  « En 2018, à Dublin (Irlande), nous avons découvert le merveilleux trésor que le Saint-Père nous a offert avec l’Exhortation Apostolique « Amoris Laetitia », un véritable guide à utiliser quotidiennement dans la sphère familiale. Aujourd’hui, nous sommes reconnaissants à Dieu de pouvoir être à Rome, à la fois pour vivre un moment de grande joie, mais aussi pour partager avec le Saint-Père et l’Église universelle les difficultés que vit la famille. Nous voudrions comprendre comment approcher les familles, également d’une manière nouvelle, comment les accompagner, surtout lorsqu’elles souffrent. »

Le thème choisi par le pape François pour cette dixième Rencontre Mondiale des Familles est « L’amour familial : vocation et chemin de sainteté ». Une vocation aujourd’hui plus que jamais mise à l’épreuve.

João Francisco e Soraia Giovàni, Brésil

« Dans notre pays, l’Argentine, la première difficulté que rencontre un jeune couple est de trouver une stabilité économique, mais la grande pauvreté, le manque de travail et l’inflation n’aident pas les jeunes dans cette recherche », racontent Liliana et Ricardo Galli qui, pendant des années, ont accompagné à différents niveaux les Familles Nouvelles en Argentine et qui sont aujourd’hui responsables de la formation des familles dans la Cité pilote internationale des Focolari à Loppiano (Italie). « De plus – poursuivent-ils – lorsque la famille s’agrandit, que les enfants arrivent et grandissent, on ne peut compter sur aucune aide institutionnelle pour accompagner les couples dans cette étape, sans oublier qu’une forte laïcité, fruit de l’individualisme et de la consommation facile, n’aide pas les jeunes à bâtir un projet. » Le défi consiste donc à soutenir la famille, à prendre en compte la dimension communautaire de son projet et à s’en occuper comme tel. Vivre en réseau avec d’autres familles aide à maintenir cet amour familial et à ne pas se sentir seuls. »

Ricardo et Liliana Galli, Argentine

« L’amour vécu dans les familles est une force permanente pour la vie de l’Église », lit-on dans Amoris Leatitia (Al 88), et pour cela, il faut veiller à ce que cette union soit soutenue, comme le racontent Joao et Soraia Giovani, responsables depuis des années de Familles Nouvelles au Brésil. « Depuis que nous nous sommes mariés, la foi nous a guidés dans notre relation avec Dieu et avec l’autre. Pour nous, le mariage est un chemin de sainteté que nous construisons chaque jour. Avec une grande joie, nous avons accueilli nos enfants et, avec d’autres familles, nous avons essayé de mettre en pratique les paroles de l’Évangile, en grandissant dans la foi. Bien sûr, les défis n’ont pas manqué pendant ces 25 années de mariage et parfois nous n’avions pas de réponses, mais le désir d’être fidèles à l’amour de Dieu a été un phare. Nous avons toujours appris à nous dire tout et, en cas de difficulté, nous savions comment demander de l’aide. Deux paroles de l’Évangile nous ont guidés jusqu’ici : « Le Seigneur fait des merveilles pour ceux qui mettent sa confiance en Lui » et « Celui qui croit en Lui ne sera pas déçu ». La grâce du mariage est merveilleuse et nous remercions Dieu pour notre vie commune. »

                                                                                                                                                              Maria Grazia Berretta

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.