Une série exceptionnelle de pluies de mousson, cinq fois supérieures à la moyenne, a provoqué au Pakistan l’une des inondations les plus désastreuses de ces dernières décennies. Une véritable catastrophe qui, malgré les énormes difficultés, n’a pas entamé le souci de nombreuses personnes sur place d’agir concrètement pour leur prochain. Une campagne de collecte de fonds a également été lancée par la Coordination d’urgence du mouvement des Focolari.

Ce que le Pakistan vit aujourd’hui est une véritable urgence humanitaire et sanitaire. Les pluies de mousson causées également par le changement climatique, qui ont commencé à se manifester dès la mi-juin 2022, ont mis à genoux un tiers du pays.  Quelque 33 millions de personnes, soit 15 % de la population, ont été déplacées, plus de 1 500 personnes sont mortes et plus de 700 000 maisons ont été détruites. Le danger de maladies telles que la typhoïde, le choléra et la dengue augmente de jour en jour et les besoins deviennent de plus en plus urgents.

La mégapole de Karachi, l’un des lieux où le mouvement des Focolari est présent depuis un certain temps, n’a pas été touchée aussi durement que d’autres centres, déjà difficiles à atteindre dans des conditions normales, comme les provinces du Sindh, du sud du Pendjab et du Balucistan. Cependant, « les personnes déplacées arrivent aussi ici et nous nous efforçons d’organiser l’aide dans les camps d’accueil » disent des membres des Focolari. En outre, de nombreux membres des Focolari, d’âges et de vocations variés, font tout ce qu’ils peuvent pour répondre en tant que communauté aux besoins les plus pressants, certains ouvrant même les portes de leur maison si nécessaire, comme ce fut le cas d’Abid, un jeune père de famille qui a accueilli seize musulmans qui avaient tout perdu, au premier étage de sa maison.

La plus grande ville touchée par cette inondation est Hyderabad. Matthew, un Gen, l’un des jeunes du mouvement local des Focolari, écrit : « Maintenant, la situation dans le centre-ville est sécurisée mais les quartiers proches de la rivière Indus sont toujours en danger et certaines zones ont été évacuées. Les deux prochaines semaines seront très difficiles. »

Ces jours-ci, la peur se mêle à une conscience lucide, générant une force intérieure, instinctive, qui regarde l’autre et, avec un courage renouvelé, se mobilise et se met en réseau.

En tant que « Jeunes pour un monde uni », nous avons créé il y a quelques mois un groupe appelé « The spirit of giving (L’esprit du don) » ; nous sommes catholiques et de l’Église anglicane du Pakistan », poursuit Hanan, le frère de Mathew ; « nous nous sommes réunis pour établir un plan, pour comprendre ce que nous pouvions faire et comment nous pouvions aider. On pourrait penser que nous ne pouvons pas faire grand-chose ou que c’est trop peu, mais nous nous sommes dit que chacun peut donner quelque chose, que nous devons  » toucher les cœurs « . »

Et c’est ainsi que ces jeunes, frappant à toutes les portes de leur quartier et entrant dans les magasins, ont collecté environ 5000 roupies, tandis que 2000 autres roupies sont arrivées providentiellement en réponse à un flyer partagé sur les réseaux sociaux. Un souhait de dons qui, partant d’une expérience de dialogue, s’est transformé en service et en action.

Parmi les nombreuses personnes dans le besoin, il ne faut pas oublier que l’un des groupes les plus menacés dans ces régions sont les communautés nomades hindoues : « Les tentes de nos familles se trouvaient dans une plaine. Avec les inondations, les gens se sont réfugiés sur une partie surélevée du terrain qui est maintenant entourée d’eau, c’est comme s’ils étaient sur une île dont ils ne peuvent plus sortir », disent certains jeunes appartenant à ces communautés.

Se rassembler autour des personnes touchées et lancer des initiatives de secours et de soutien ciblées, surtout là où les ressources pour le faire sont rares, n’est pas seulement un souhait, mais semble être une véritable priorité pour tous.

En réponse à tout ce désarroi à Karachi, dans un quartier plutôt pauvre de la périphérie de la ville, un petit groupe de Gen s’est immédiatement mobilisé : « Nous avons installé un point de collecte d’où passaient beaucoup de monde : certains apportaient de la nourriture, de l’eau ou des vêtements, d’autres laissaient de l’argent dans une boîte placée à l’entrée », raconte Rizwan. « J’ai vu qu’il n’y avait pas beaucoup de vêtements pour les enfants », raconte Soiana, « alors j’ai commencé à coudre pour eux, en utilisant le tissu qui me restait de mon travail. »

Pour contribuer à la récolte de fonds de la coordination d’urgence du mouvement des Focolari pour le Pakistan, vous pouvez faire un don à :

Action pour un monde uni ONLUS (AMU) Action des Familles Nouvelles ONLUS (AFN)
IBAN: IT58S 05018 03200 000011204344

Auprès de la Banca Popolare Etica

IBAN: IT92J 05018 03200 000016978561

Auprès de la Banca Popolare Etica

Code SWIFT/BIC: ETICIT22XXX Code SWIFT/BIC: ETICIT22XXX
MOTIF: Urgence Pakistan
Les contributions versées à ce titre sur les deux comptes courants seront gérées conjointement par AMU et l’AFN.

Des avantages fiscaux sont accordés pour ces dons dans de nombreux pays de l’UE et dans d’autres pays, selon les différentes réglementations locales.

Les contribuables italiens pourront obtenir des déductions de leurs revenus, conformément à la réglementation relative aux organisations à but non lucratif, jusqu’à 10 % de leurs revenus et dans la limite de 70 000,00 € par an, à l’exclusion des dons effectués en espèces

Maria Grazia Berretta

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.