Saint Paul, dans le verset choisi comme « Parole de Vie » de septembre 2022, affirme qu’il s’est fait le serviteur de tous. Dans le commentaire de la Parole de Vie de 1972, Chiara Lubich encourage ceux qui veulent être porteurs d’unité à servir humblement leurs frères et sœurs.

Toute personne qui veut réaliser l’unité doit vivre ce que dit Paul : « Libre à l’égard de tous, je me suis fait l’esclave de tous, pour en gagner le plus grand nombre[1][1]. »

Dans le Nouveau Testament, le verbe ‘’servir’’ revêt deux nuances différentes : parfois il signifie : « servir par amour », et d’autres fois : « servir comme un esclave. »

On sait que les esclaves n’avaient alors aucun droit. Ils n’existaient que pour leur maître.

Ainsi, les chrétiens devaient considérer tout ce qu’ils possédaient – leur travail, leurs charismes, leurs prières – au service de leurs frères et sœurs.

En ce qui concerne, par exemple, le charisme de chacun, Pierre écrit : « Mettez-le au service les uns des autres[2]. ». Concernant le travail : « Ceux qui ont volé qu’ils ne volent plus, qu’ils se donnent plutôt de la peine… pour avoir quelque chose à donner à ceux qui sont dans le besoin[3].» En ce qui concerne la prière : « Epaphras votre compatriote, serviteur de Jésus-Christ vous salue. Il est assidu à la prière pour vous[4].» La prière était aussi au service des autres.

Et nous chrétiens que pouvons-nous faire (…) dans notre vie chaque jour ? Tout d’abord, raviver en nous l’humilité, en mettant en pratique ce que dit Luc : « Que le plus grand parmi vous soit comme le plus petit, et celui qui gouverne comme celui qui sert[5]. » S’il en est ainsi, certaines attitudes de supériorité dans le commandement, si odieuses et anachroniques, disparaîtront complètement. Et dans un christianisme renouvelé, on ne connaîtra plus la servilité. Au contraire, la fraternité chrétienne resplendira, dans sa beauté caractéristique qui nous fait nous exclamer : « Oh ! qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble[6]. »

Puis nous devrons recommencer chaque jour à servir nos proches, à chaque occasion qui se présente, en suivant l’exemple de Jésus, en travaillant pour les autres, en mettant nos talents et nos dons à leur service, en priant pour eux, comme pour nous-mêmes.

Si tous les hommes ou du moins un petit groupe d’entre eux se faisaient de vrais serviteurs de Dieu dans leur prochain, bientôt le monde appartiendrait au Christ.

Chiara Lubich

(Chiara Lubich, in Parola di Vita, Città Nuova, 2017, p.101)

[1] Cf. 1 Co 9,19
[2] Cf. 1 Pierre 4,10
[3] Cf Eph 4,28
[4] Col 4, 12
[5] Cf. Lc 22, 26
[6] Ps 133,1

1 Comment

  • È ,quanto dice Chiara Ĺubich,una metà ,appena ci si pensa,quasi irrangiungibile ma per il vero cristiano che vive di fede non solo di calcoli umani deve diventare l’ideale della sua vita : creare unità tra tutti servendo tutti quelli che conosciamo , che incontriamo e’ ciò che ha fatto Gesù in tutti i giorni della sua vita terrena

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.