C’est dans une atmosphère de joie, de paix et de fraternité que la 11e Assemblée générale du Conseil Œcuménique des Églises s’est achevée il y a quelques jours à Karlsruhe, en Allemagne.  Voici le récit de l’équipe du « Centro Uno », le secrétariat international pour l’œcuménisme du mouvement des Focolari qui a participé à l’événement.

« L’amour du Christ mène le monde à la réconciliation et à l’unité ». C’est autour de ce thème christologique que la 11e Assemblée générale du Conseil Œcuménique des Eglises (CEC) s’est déroulée à Karlsruhe (Allemagne) du 31 août au 8 septembre 2022.  Étaient présents des représentants de quelque 350 Églises, des délégués et des dirigeants membres du CEC, des responsables d’autres communautés religieuses collaborant avec le Conseil pour l’unité de l’humanité, ainsi qu’une délégation de l’Église ukrainienne et de l’Église russe. Un signe fort et un témoignage concret de la manière dont ce Conseil est véritablement une plateforme perpétuellement ouverte au dialogue.

Les participants, venus de tous les continents, ont emmené avec eux l’image vivante de toute l’humanité, dans sa diversité, sa souffrance et sa richesse. Ils ont partagé leur vécu, leur grand amour pour le Christ, leurs luttes pour la paix, et leur désir de viser précisément l’unité.

Un projet qui nécessite pas un quelconque amour pour se réaliser, mais l’Amour qui vient du cœur de la Trinité, qui ne peut être trouvé qu’au contact de Dieu. Cela s’est traduit par l’importance et le soin particuliers accordés à la prière. Chaque journée, en effet, commençait et se terminait par une prière, à l’intérieur d’une tente spacieuse et lumineuse dressée en souvenir du lieu de l’alliance, où le peuple juif se rencontrait avec Moïse. La diversité des liturgies, des langues, des musiques, des chants et des coutumes a alimenté la joie et l’émerveillement face à la richesse de la foi commune exprimée de manière infinie.

Les délégations sont venues à Karlsruhe comme des pèlerins désireux de s’accompagner et de se soutenir mutuellement, de tracer de nouvelles directions et de témoigner ensemble de l’amour de Dieu.

Le cardinal Kurt Koch était à la tête de la délégation de l’Église catholique. À l’ouverture de l’événement, il a fait don de quelques mots du pape François écrits pour l’occasion, encourageant les participants à grandir dans la communion fraternelle au nom du Christ, pour être crédibles en tant qu’Église sortante et à réconforter le monde en ces temps de divisions et de guerres.

La contribution du mouvement des Focolari s’est insérée comme un tasseau dans cette grande mosaïque par la présence de 30 personnes, catholiques et de diverses Églises, dont des Évêques amis des Focolari, des focolarines et des focolarini, des Gen (les jeunes du mouvement), des Volontaires de Dieu et un ami musulman.

Être rassemblés avec tant de personnes de différentes Églises a été une expérience unique pour chacun d’entre nous et une occasion précieuse de nous sentir unis dans l’amour du Christ.

L’assemblée a conclu en délibérant sur un rapport, accepté à la majorité, qui fait référence à trois défis importants de notre temps : la justice climatique, la justice raciale et l’égalité entre hommes et femmes, en soulignant comment les Eglises peuvent les relever.

Des éléments qui non seulement nous mettent sur la voie mais, comme nous le lisons dans quelques lignes du document final, révèlent la similitude avec les objectifs et l’esprit qui guide le mouvement des Focolari : « On peut définir la recherche de l’unité inspirée par l’amour et enracinée dans une relation profonde et réciproque : un « œcuménisme du cœur ». C’est l’amour chrétien qui nous pousse à marcher honnêtement et de tout cœur les uns à côté des autres, à essayer de voir le monde à travers les yeux de l’autre et à ressentir de la compassion les uns pour les autres ».

« Centro Uno »

2 Comments

  • Ho letto con gioia il resoconto del convegno ecumenico di Karlsruhe. Ho partecipato personalmente all’incontro ecumenico di Graz dal 23 al 29 giugno 1997, sul tema “Riconciliazione, dono di Dio e sorgente di vita nuova” Fu il secondo convegno europeo dopo quello di Basilea del 1987, a cui parteciparono personaggi illustri oggi in cielo, come Chiara Lubich, il Cardinale Martini, Mons Aldo Giordano e altri. Il cammino fatto in questi 40 anni è stato significativo e forse maggiore di quanto non si sia fatto in 2000 anni di cristianesimo. Ma quello ancora da fare è più difficile per l’attuale scristianizzazione dell’Europa che coinvolge soprattutto le giovani generazioni. Occorre ripartire insieme dal Vangelo e dal suo lieto annuncio di salvezza. Bisogna ritornare ad annunciare Cristo e il suo potere salvifico alle nuove generazioni attraverso un amore più solidale tra le chiese tra cui deve prevalere più il desiderio d’unità che l’autoreferenzialità! Il cammino è ancora lungo !

  • l’immagine che mi si è presentata leggendo queste righe è stata quella di Gesù in croce, salvezza dell’umanità.
    Si perché, ora come allora, l’odio, l’invidia, la superbia, in una parola la mancanza d’amore, sono state come riassorbite tutte il Lui, nel Suo Amore infinito.
    Ecco, oggi che viviamo « la terza guerra mondiale a pezzi » (come dice il Papa) e siamo immersi in un clima di mancanza di valori veri, la vostra esperienza ci indica la strada della salvezza ancora una volta e sempre in Gesù.
    Un grazie infinito a voi e a Dio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.