Jean Vanier : les pauvres, richesse de l’Église

 
Le fondateur de L’Arche et apôtre des « plus petits » nous a quittés. Il était sur la place Saint-Pierre lors de la rencontre historique de la Pentecôte de 1998 avec Chiara Lubich et d’autres fondateurs de mouvements et nouvelles communautés. Reconnaissance et mémoire des membres des Focolari envers lui.

Le 30 mai 1998 restera dans la mémoire de beaucoup comme la « rencontre de la Pentecôte ». C’est alors que le Pape Jean-Paul II réunit pour la première fois dans l’histoire tous les mouvements ecclésiaux et les nouvelles communautés sur la place Saint-Pierre.
Des fondateurs ont pris la parole devant le Pape, parmi lesquels Chiara Lubich, Kiko Arguello et don Luigi Giussani, mais aussi Jean Vanier, fondateur de la communauté de L’Arche qui nous a quittés dans la nuit du 7 mai à l’âge de 90 ans.

vanierNous voudrions nous souvenir de lui, non seulement pour son grand travail en faveur des plus petits et des handicapés – depuis 1964, il a donné naissance à plus de 150 centres dans le monde entier -, mais aussi pour les liens d’amitié entre le fondateur de L’Arche et les Focolari, et pour le soutien qu’il a apporté par sa présence aux rendez-vous  » Ensemble pour l’Europe  » .

Les paroles qu’il a prononcées sur la place Saint-Pierre montrent clairement qu’il partageait une passion commune pour la parole évangélique de l’unité : « En accueillant des personnes handicapées de différentes confessions chrétiennes et en accueillant des musulmans, des juifs et des hindous, nous avons découvert combien les pauvres peuvent nous unir. Des hommes et des femmes appartenant à des Églises et des religions différentes nous font découvrir le mystère de notre humanité commune. (…) Nous découvrons que si nous accueillons un pauvre, il nous conduit au Dieu d’amour, il nous conduit à Jésus. »

En novembre 2013, à Montmartre, en France, Jean Vanier a pris la parole lors d’une rencontre des amis de « Ensemble pour l’Europe », dont le thème était précisément la pauvreté et la contribution que les communautés et mouvements chrétiens pouvaient apporter à la lutte contre la pauvreté et la marginalisation en Europe. L’histoire de son expérience commence par ces mots : « Jésus dit : le royaume de Dieu est comme un repas de noces » – mais tout le monde est trop occupé – et le roi qui a invité ses serviteurs à chercher des estropiés et des infirmes sur les sentiers et au carrefour des rues –, c’est ce que j’ai essayé de vivre dans ma vie. » Jean Vanier s’est particulièrement consacré aux handicapés mentaux, qu’il appelait « les plus opprimés ». « Ils m’ont changé, j’ai vu que le Royaume de Dieu leur appartient. »

Nous sommes proches de sa famille spirituelle à travers le monde, certains que Dieu et la foule de ces derniers à qui il a donné une maison et offert son amour, l’ont accueilli au Ciel.