Dialogue entre les religions et stratégie de fraternité pour un monde nouveau

« Quel avenir pour une société pluriethnique, multiculturelle et multi-religieuse ? »

C’est cette question de plus en plus répandue, en particulier dans la société anglaise, la plus cosmopolite d’Europe, que Chiara Lubich a traitée samedi 19 juin après-midi au Westminster Central Hall, devant plus de 2 000 personnes, dont le cardinal Murphy O’Connor, archevêque de Londres, et des personnalités musulmanes, bouddhistes et sikhs. La manifestation, organisée par le Mouvement des Focolari de Grande-Bretagne, s’intitulait : « Imagine un monde… enrichi par la diversité ».

Une stratégie de fraternité pour un changement dans les relations internationales
Tandis que beaucoup parlent d’une menace d’affrontement entre civilisations, provoquée par le terrorisme, la fondatrice des Focolari a indiqué un moyen d’y remédier de façon préventive : le dialogue interreligieux. Plus encore, ce dialogue interreligieux – a-t-elle dit – peut être le point de départ d’une « stratégie de la fraternité, capable de marquer un changement dans les relations internationales ».

De la société pluriethnique et multi-religieuse peut naître un monde nouveau
En faisant un parallèle entre notre époque marquée par de profondes transformations et celle de Saint Augustin, qui avait vu le bouleversement de la société sous la pression des migrations de populations, Chiara Lubich a affirmé avec lui que ce qui arrive est « la naissance d’un monde nouveau ». Le monde nouveau du troisième millénaire, pour Chiara Lubich, sera l’unité de la famille humaine, enrichie par les différences, selon le dessein de Dieu. On a pu en entrevoir une ébauche avec les témoignages, chants et danses aux couleurs et aux rythmes orientaux et africains, et les interventions de représentants de plusieurs religions, comme celle de l’imam iranien Mohammed Somali et de Mme Didi Athavale, leader du grand mouvement hindou Swadhyaya Family.

Comment réaliser le dialogue entre les religions ?
Le dialogue doit être animé par un amour qui réussit à « se mettre dans la peau de l’autre » – a affirmé Chiara Lubich – parce qu’il sait se faire « un rien d’amour » devant l’autre, il sait se faire cet espace d’accueil et d’écoute qui prépare « une respectueuse annonce de l’évangile ». Elle a rappelé les paroles prononcées par Jean-Paul II en Inde : « Quand nous nous ouvrons l’un à l’autre, nous nous ouvrons aussi à Dieu et nous faisons en sorte que Dieu soit présent au milieu de nous ». En lui est la force secrète qui donne vigueur et succès à nos efforts, pour porter partout l’unité et la fraternité universelle ».

Une vision partagée par des responsables de plusieurs religions et des politiques
C’est ce qu’ont exprimé le chef des imams du Royaume-Uni, Zaki Badawi, le chef spirituel des sikhs de Grande-Bretagne et d’Europe, Bai Sahib Mohinder Singh de Birmingham, qui ont parlé juste après Chiara Lubich, et la baroness Kathleen Richardson de la Chambre des Lords, qui a rappelé comment « juste après la guerre, l’assemblée de l’ONU avait tenu sa première assemblée plénière dans cette même salle. La vision qui est exprimée aujourd’hui – a-t-elle ajouté – est encore plus riche, parce qu’elle n’est pas construite seulement sur les aspirations des hommes, mais avec la participation de l’amour de Dieu ».

Les nouvelles technologies au service de la fraternité entre les peuples
Unité et fraternité universelle : une expérience vécue au Westminster Central Hall qui a porté, comme en témoignent fax et e-mails, une bouffée d’espoir en de nombreux pays d’Amérique du Nord et du Sud, en Australie, en Europe, au Moyen Orient et en Afrique du Nord, reliés par satellite grâce à Telepace et par Internet.
Quelques flashes :
De Bulgarie : « Nous avons été conquis par cette fraternité entre les religions et les cultures, que nous voulons réaliser aussi dans notre pays, où vivent près d’un million de musulmans qui sont pour nous le souvenir d’une plaie du passé ». D’Irlande : « Nous avons fait l’expérience d’un pan de fraternité universelle réalisée, en admirant la beauté et la richesse de toutes ces religions et cultures. Aujourd’hui, c’est pour nous le début d’une nouvelle route pleine d’espérance, maintenant que l’Irlande devient de plus en plus multiculturelle ». De Stockholm : « Nous avons entrevu la solution à la violence qui existe dans le monde, une nouvelle espérance que l’unité et la paix sont possibles ».

Comments are disabled.