Les crises du couple ne sont pas toujours irréversibles

Lorsqu’ils se disent oui pour toujours, le mari et la femme se sentent invulnérables face aux difficultés de la vie familiale. Puis, dans la solitude d’une société individualiste qui ne croit plus aux valeurs du mariage et face à l’engagement d’une relation qui n’est préparée ni au dialogue ni au partage, bien des couples – beaucoup trop – s’arrêtent là. Peuvent-ils goûter à nouveau la joie de retomber amoureux l’un de l’autre ? Peuvent-ils recommencer malgré tout ?

C’est à partir de ces questions que s’est construit le deuxième stage de l’école Lorette d’AFN (Association « Azione per Famiglie Nuove ») avec pour objectif de renforcer l’unité dans le couple.

Mariés depuis plus ou moins longtemps, venant d’Italie et d’autres pays d’Europe, les couples participants sont arrivés avec un faible d’espoir, saisissant leur dernière chance… Au fil des jours, dans le climat favorable de fraternité de l’école Lorette, au sein de la cité internationale de témoignage des Focolari, ils ont trouvé la force de recommencer.

Marqués par des souffrances parfois très fortes et qui duraient depuis longtemps, dues à des incompréhensions et des ruptures graves, les participants ont trouvé, selon leurs propres termes : « le désir de recommencer avec une énergie et un souffle nouveaux » et « une grande joie d’avoir redécouvert que l’Amour est toujours vainqueur ».

C’est la deuxième édition de cette session de l’école Lorette AFN. Les organisateurs expliquent d’emblée : « A la base, il y a l’atmosphère créée par l’amour réciproque qui attire la présence spirituelle de Jésus parmi les participants. Tout le reste vient ensuite ». Le programme comporte des temps de méditation et de réflexion à partir de la spiritualité de l’unité de Chiara Lubich appliquée à la vie de famille. Il propose aussi quelques conseils à mettre en pratique pour la communion au sein du couple. A cela s’ajoute l’aide nécessaire de professionnels et les témoignages de familles qui ont vécu la crise et l’ont surmontée.

Un des moments les plus importants est la journée consacrée au pardon, envisagé dans ses aspects psychologiques et spirituels. Les moments de détente, ateliers, repas de fête, promenades… sont autant d’occasions d’éprouver aussi la joie d’être ensemble. Le dernier jour, les couples ont renouvelé les promesses de leur mariage.

Les impressions de quelques couples avant leur départ :

« Nous repartons avec des outils pour nous guider dans notre relation de couple, mais surtout avec la conscience que, malgré nos erreurs, nous sommes aimés de Dieu et que nous pouvons trouver la force d’accepter la souffrance et croire qu’elle peut se transformer en Amour entre nous et pour les autres. »

« Nous avons confiance que le partage profond, l’aide des experts et la volonté de nous remettre en cause peuvent faire redémarrer une relation que la vie trépidante et les difficultés quotidiennes voudraient étouffer. »

Comme l’an dernier, un week-end d’évaluation est prévu en janvier prochain, pour continuer les approfondissements et consolider les résultats.

Comments are disabled.