Nicaragua

L’idée d’une Amérique centrale unie fait son chemin dans beaucoup de secteurs de la société et en politique, avec l’effort d’unifier les frontières, et dans la recherche de l’identité centroaméricaine.

Guatemala, Belize, Salvador, Honduras et Nicaragua constituent un territoire riche en diversités multiethniques. Ces peuples ont enduré de nombreuses souffrances, autant celles imposées par les gouvernements militaires, pendant plus de 40 ans au pouvoir, dont les guerres civiles durant les années 70-80, que le « conflit armé interne », déclaré au Guatemala en même temps que la Guerre froide en Europe.

Il y a eu plus de 36 ans de combat, avec des milliers de victimes, un génocide, des persécutions de l’Église, des exécutions sommaires, des assassinats de prêtres et de catéchistes (dont, parmi tant d’autres, Mgr Romero et Mgr Gerardi), des terres dévastées et des violations des droits humains. Dans les années 80, 90% de la population du Guatemala était indigène, alors qu’aujourd’hui le taux est de 51%.

Dans les années 90, on consolide la paix et on débute une nouvelle étape, pas facile à cause des conséquences de l’après-guerre : insécurité, désagrégation familiale, forte émigration pour chercher du travail. Des difficultés qui se mêlent aujourd’hui à de nouvelles plaies comme le trafic de drogue, la guerre des gangs, les extorsions. Ce sont des pays dont l’Indice de développement humain (IDH) est parmi les plus bas, mais, malgré tout, les peuples de ces contrées conservent l’espérance qui naît de la foi en Dieu, des peuples généreux, qui ne baissent pas les bras.
L’Idéal de l’unité est arrivé dans ces pays durant les années 80 et, parmi les défis qui demeurent et interpellent chacun, il amène une contribution au dialogue entre cultures et ethnies différentes, et à l’accueil réciproque.