Foi et évangélisation: cinquante ans après le Concile Vatican II

L’année 2012 comporte un anniversaire tout particulier; le 11 octobre 1962, Jean XXIII a ouvert le Concile Vatican II. C’est cette date qui a été choisie, trente ans plus tard, pour la publication, par Jean-Paul II, du Catéchisme de l’Eglise catholique (11 octobre 1992) . Et c’est encore le 11 octobre que sera inaugurée l’Année de la Foi, proclamée par Benoît XVI, dans la Lettre apostolique Porta fidei:  « Cette année – expliquela Congrégation pour la doctrine de la foi – sera une occasion propice pour que tous les fidèles comprennent plus profondément que le fondement de la foi chrétienne est « la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive”. Fondée sur la rencontre avec Jésus-Christ ressuscité, la foi pourra être redécouverte dans son intégrité et dans toute sa splendeur. « De nos jours aussi, la foi est un don à redécouvrir, à cultiver et dont il faut témoigner », afin que le Seigneur « accorde à chacun de nous de vivre la beauté et la joie d’être chrétiens ».

Ce thème présente, pour l’Eglise catholique, une importance essentielle, comme en témoigne la décision, prise par Benoît XVI le 20 septembre 2010, d’instituer un nouveau Dicastère: le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation. Cela comprend un corps d’événements et de thématiques rencontrés dans le premier événement marquant de l’Année de la Foi, soit la XIIIème assemblée générale ordinaire du Synode des évêques se tiendra à Rome du dimanche 7 au dimanche 28 octobre 2012 sur le thème : « La nouvelle évangélisation pour la transmission de la Foi chrétienne« .

Nous avons demandé à trois théologiens de réfléchir à la thématique du synode.

Piero Coda, dans son texte Vaticano II e nuova evangelizzazione – Un unico Kairós (Vatican II et nouvelle évangélisationUn moment unique), traite du thème de la nouvelle évangélisation dans ses racines, dans les choix opérés par le concile Vatican II.

La réflexion à laquelle se livre Julie Tremblay dans La qualité de notre foi, souligne la condition essentielle de la nouvelle évangélisation, thème du synode: vivre l’Evangile d’une façon toute nouvelle.

Le théologien anglican Callan Slipper, dans la contribution qu’il consacre à La “nouvelle évangélisation” dans la perspective anglicane, souligne à quel point l’engagement de l’Eglise catholique est perçu comme convaincant et utile aussi pour les autres Eglises, dont l’horizon s’inscrit dans la même problématique. C’est dans ce contexte qu’il s’avère très opportun de procéder à un “échange des dons” entre les Eglises.

Pour approfondir et continuer votre réflexion, voir : Nuova Umanità online

Editorial d’Antonio Maria Baggio, extrait du trimestriel  culturel Nuova Umanità

Comments are disabled.