Fontem: les adieux à Pia Fatica


PiaFatica_01Lundi 31 août. En cette période il n’est pas facile de rejoindre Fontem, le village Bangwa qui se trouve dans la forêt camerounaise. Nous sommmes en effet en pleine saison des pluies: la route est boueuse et en plusieurs endroits presque impraticable. Et malgré tout, au cours de ces huit derniers jours, une procession ininterrompue a rendu hommage à la dépouille de Pia Fatica. Aujourd’hui ce sont plus de 1000 personnes qui sont venues de toutes parts pour un dernier au revoir à cette femme extraordinaire qui, il y a 48 ans, a décidé de quitter l’Italie pour venir s’établir ici.

C’est Mgr Andrew Nkea qui préside ses obsèques. Il commence en disant: “En tant qu’évêque et en tant que Bangwa je puis affirmer que Pia a vécu toutes les béatitudes. Ceci veut dire que pour elle c’est aujourd’hui le jour de sa naissance au Ciel”. Voilà des propos autorisés qui viennent confirmer la disposition prise en 2000 par le Chef traditionnel du lieu qui a conféré à Pia le titre de Mafua Nkong (Reine de l’Amour). Mais qui donc est cette femme qui à l’âge de 38 ans décide de passer le reste de sa vie en Afrique, en demandant d’y rester et d’y être enterrée?

Pia naît à Campobasso (Italie) en 1929. Elle est sage-femme, une profession qui à cette époque ne manque ni de prestige ni d’avantages. Elle lit sur l’Osservatore Romano qu’une mission est en train de démarrer au Cameroun avec en vue la construction d’ un hôpital. Elle se sent concernée en premier chef et, sans même connaître le Mouvement qui soutient ce projet, elle décide de tout quitter pour aller donner un coup de main. Arrivée à Fontem, elle apprend qu’en raison d’une mortalité infantile très répandue, la présence d’une sage-femme est la priorité absolue. Elle rend ce service sans ménager ses forces et en s’immergeant complètement dans la tradition de ce peuple animiste qui, angoissé de voir mourir ses nouveaux-nés, s’était adressé à l’évêque catholique pour lui demander de l’aide.

PiaFatica_07Grâce à son sens pratique, à son ouverture d’esprit et à sa grande capacité d’entrer en dialogue avec la culture locale, Pia sait tisser des liens avec les personnes, les familles, avec les autorités auxquelles elle s’adresse avec respect et amour, mais, quand c’est nécessaire, avec une grande vérité et liberté intérieure. Sage-femme infatigable, elle aide à la naissance de plus de 11 000 enfants qu’elle continuera d’accompagner, y compris sur le plan spirituel. Une expérience parmi bien d’autres: une jeune fille, devenue chrétienne convaincue, lui confie qu’elle ne veut pas se marier à l’église pour ne pas tourner le dos aux valeurs traditionnelles de son peuple. Pia l’écoute avec sa grande ouverture d’esprit: elle sait que ce sont des choix qui ne sont pas faciles. Sur le moment elle ne lui donne pas de conseils. Par la suite elle revient cependant sur le sujet. Elle lui redit que c’est à elle de choisir en toute liberté, mais elle lui rappelle aussi qu’avec le baptême qu’elle avait demandé de recevoir, elle avait accueilli une nouvelle tradition, celle de Jésus, qui n’abolit pas pour autant celle de son peuple. Au bout d’un mois la jeune fille demande à Pia de l’accompagner chez un prêtre pour un échange à trois. Résultat: un mariage heureux et une famille splendide qui témoigne de sa foi.
Pia continue à s’investir dans les divers secteurs de l’Hôpital, jusqu’au dernier service créé exprès pour elle, le “Bureau pour tous les problèmes”, un titre qui à lui seul traduit bien la largesse et l’ouverture de son coeur. Elle connaît profondément la réalité du peuple Bangwa et fait preuve d’une attention particulière aux plus petits: les malades, les prisonniers, les personnes en difficulté économique… elle trouve toujours le moyen de les aider, y compris financièrement car la Providence vient en aide à sa grande foi.

Le sens pratique qui l’ a toujours caractérisée l’accompagne aussi durant les dernières semaines de sa vie quand elle décide d’écrire à la présidente des Focolari, Maria Voce, pour lui annoncer qu’elle quittera bientôt ce monde: “Je suis contente d’aller voir Jésus – écrit-elle entre autres – et de lui remettre entre les mains le monde pour lequel j’ai vécu”. Au cimetière, sous une pluie torrentielle, se succèdent les danses de la célébration en signe de profonde gratitude envers cette grande dame. Tous sont convaincus que Pia est vraiment arrivée au paradis.

2 Comments

  • Sono nato nello stesso borgo in cui è nata Pia Rosa Fatica. Oratino situato a sette chilometri da Campobasso. Con Luca Fatica, Sindaco di Oratino ed altri amici della Curia Vescovile stiamo lavorando per realizzare nel prossimo mese di agosto un incontro dedicato all’infaticabile ostetrica e apporre una targa commemorativa sulla facciata della casa in cui era nata. Cordialità.

  • Grande exemplo para os voluntários, levando este mundo consigo, leva-o transformado em amor, dedicação e bem aventurança.
    Toda gratidão, apreço e orgulho de sua doação.
    Ao povo Bangwa também um muito obrigado por conceder a honra de receber nossa irmã Pia em solo camaronês.

    • Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *