Evangile vécu : n’exclure personne


Je dormais en compagnie des taupes
«Seuls l’argent, les vêtements de marque, les femmes et les divertissements m’intéressaient. Après avoir expérimenté la prison pour possession de drogue et trafic d’héroïne, j’ai recommencé la même vie qu’avant, entre violence, stupéfiants et alcool. Il y a environ trois ans, de la drogue et de l’argent m’ont été volés par quelqu’un que je considérais comme un ami . Furieux contre moi-même, contre Dieu et contre le monde entier, je me suis laissé aller. Je dormais dans une maison abandonnée, dans les immondices et en compagnie de taupes. Un jour, sans me demander qui j’étais, un inconnu m’a invité chez lui et a eu envers moi, les attentions d’un frère. Je me suis senti poussé de l’intérieur à le suivre, dans l’église qu’il fréquentait et là, pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai ressenti une sensation de paix. Par la suite, j’y suis aussi allé seul : en silence pendant des heures, j’apprenais à prier. J’ai essayé de changer de vie : même si je suis retombé plusieurs fois comme avant. Jésus m’a donné à chaque fois, la force de me reprendre.  Aujourd’hui, accueilli dans un centre de désintoxication, j’essaie de rendre l’aide qui m’a été apportée en étant au service de celui qui est dans le besoin.» (Samuele –Italie)

20160428-01L’atelier de couture
«Lorsqu’elle passait devant notre atelier de couture, elle posait un regard triste sur les vêtements qui étaient exposés en vitrine. Un jour, je l’invitai à entrer. Elle était vêtue pauvrement mais avec goût. Elle revint plusieurs fois et ainsi, je connus son histoire : pour prendre soin de ses parents, elle avait quitté son travail mais une fois qu’elle s’était retrouvée seule, elle n’avait plus pu exercer son métier de couturière. Je parlai avec le patron de l’atelier de couture et elle fut engagée. Dire qu’elle est la meilleure serait trop peu dire. J’ai su de la bouche de différentes clientes que, depuis qu’elle est là, elles viennent plus volontiers dans l’atelier, elles se sentent plus écoutées.» (J.B. – Argentin)

S’inculturer
«
Dans mon école primaire, il y a beaucoup d’enfants étrangers. La socialisation avec eux n’est pas facile, surtout avec un groupe de petits Rom : ils dérangent la leçon, sont agressifs, ils ont souvent leurs parents en prison. Un jour, pour aider une collègue de cinquième, désespérée car elle ne réussissait plus à gérer la situation, je les ai accueillis dans ma classe. En pensant à Jésus, exemple de patience et de douceur, je leur ai préparé les meilleures places, et je les ai présentés aux élèves,  comme ‘parrains’ des plus petits. Puis, pour les rendre protagonistes, je leur ai demandé de m’enseigner quelques mots de la langue Rom, en dédiant une partie de la leçon à cet effet. Maintenant, ils se comportent mieux, et l’inculturation est en train de progresser.»  (E. – Italie)

No comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *