Maria Voce en Slovénie

Sur cette terre ancienne, le christianisme est parvenu durant le VIIIème siècle à faire entrer dans l’orbite évangélique un peuple qui, durant le VIème siècle, était joint à la Moravie et à la Pannonia (Hongrie actuelle). Durant des siècles, la Slovénie a eu son destin lié aux événements de l’empire autrichien, de forte matrice catholique. Après les souffrances du premier conflit mondial, elle a été englobée dans la Yougoslavie, dont elle est devenue indépendante en 1991.

Terre, donc, riche d’histoire et de foi, mais aussi de souffrances. Par conséquent sensible aux valeurs évangéliques comme celles remises en lumière par la spiritualité focolarine, étant donné que déjà dès 1958 un prêtre de l’Est participa à la Mariapolis de Fiera di Primiero, diffusant ensuite avec d’autres le message de façon capillaire et silencieuse.

Les Focolari en Slovenie – Naissent alors de petites communautés riches de vie, ce qui débouche naturellement en 1966 sur l’ouverture du premier focolare à Ljubljana, dans un sous-sol, et ensuite d’un second focolare en 1974.

Une vie fervente pullule, dans les familles, entre les jeunes, dans les paroisses et le Mouvement grandit jusqu’à devenir ‘’un petit peuple’’. Le régime communiste évidemment contrôle l’activité de tous les habitants, y compris les adhérents au Mouvement, mais la vie ne s’arrête pas, tant et si bien qu’en 1986 à Bohinj, s’organise la première Mariapolis-vacances, qui deviendra un point lumineux pour beaucoup. Pour certains ce sera la première rencontre avec Dieu, et d’autres Le retrouveront après des années.

Dans les années soixante dix un événement inoubliable : la tournée du Genrosso. Quatre spectacles au Palais des Sports affichaient complet. Le sommet du spectacle fut le chant ‘’Marie’’ en langue slovène. Pour la première fois depuis 1945, une chanson au contenu spirituel était chantée en dehors des églises et transmise par la télévision.

L’écroulement du Mur de Berlin ouvre une nouvelle étape. La liberté fait que l’on peut parler du Mouvement, se rencontrer, organiser une nouvelle tournée du Genverde et du Genrosso, représenter la revue Novi Svet (Nouvelle Cité), née dans les années soixante, avec une nouvelle présentation et un tirage de 2300 copies.

Aujourd’hui, Maria Voce trouvera un Mouvement développé, qui collabore toujours plus activement avec l’Eglise catholique ; en dialogue avec les diverses Eglises chrétiennes ; ouvert, grâces à quelques exploitations, à la réalité de l’Economie de Communion.

 

Le nom du Centre Mariapolis de Planina est « Spes », espérance. Il ne peut y avoir de meilleure parole pour le voyage de Maria Voce sur une terre où l’espérance a été éprouvée et vécue avec intensité durant ces décennies.

De Mario Dal Bello

Comments are disabled.