Mouvement des Focolari
L’engagement dans l’église locale

L’engagement dans l’église locale

20140909-02Danielle vient du Brésil, précisément du vaste Etat de São Paulo. Sa communauté s’est mise en dix pour trouver de quoi  payer son billet d’avion. Elle est là pour représenter de nombreux jeunes qui n’ont pas pu venir mais qui, comme elle, vivent la Spiritualité de l’unité au service de l’Eglise locale, pour elle  c’est sa paroisse. Natalia vient du Portugal. Elle a connu la Spiritualité de l’unité grâce à son curé qui l’accompagne, ainsi que cinq autres jeunes. Ils sont venus parce que depuis quelques années ils ont commencé à vivre une expérience de communion entre eux qui les a fait grandir comme groupe. Aujourd’hui des groupes comme le leur existent dans trois autres paroisses et rassemblent des dizaines d’autres jeunes. Il y a aussi un groupe de 7 jeunes slovaques accompagnés par leur curé. En réalité ils sont 50 mais, pour cette première expérience, ils ont dû faire un choix parce qu’il n’y avait pas assez d’argent pour que tous puissent venir. Quant aux slovènes ils sont 14. Parmi eux Lucka, un jeune pianiste au talent prometteur qui à un certain moment a compris que la musique n’était pas la chose la plus importante. Il a mis Dieu à la première place dans sa vie et tout a changé pour lui : ses relations avec ses collègues, avec sa famille, et surtout avec lui-même, il est beaucoup plus heureux. 20140909-01L’Italie est représentée du Nord au Sud. Le groupe de Gaeta est très vivant: né il y a dix ans, son réseau s’étend aujourd’hui à d’autres villes voisines. Sans parler des jeunes de Vallo Torinese, qui suivent le chemin tracé par Maria Orsola Bussone, cette jeune du mouvement des Focolari engagée dans cette paroisse et proclamée servante de Dieu quelques années après son décès. Tous ne sont pas engagés seulement au niveau paroissial, beaucoup le sont au niveau de leur diocèse où ils tissent des liens d’unité qui le vivifient de l’intérieur. Une semaine vécue ensemble, au cours de ce  mois d’août : une initiative du Mouvement paroissial et du Mouvement diocésain des Focolari, au Centre Mariapoli du Bénévent, un programme très diversifié comportant des temps de réflexion, de prière, de détente, de jeux, de promenades et aussi d’actions à caractère social avec le Secours Catholique de la ville. La télévision régionale a fait un reportage qui a incité plusieurs habitants à monter au Centre pour en savoir davantage. En guise de conclusion, une question pratique: comment décliner l’expérience vécue à Bénévent dans la vie quotidienne et les programmes des paroisses et des diocèses? De nombreuses propositions ont émergé : visioconférences régulières, vivre davantage de moments ensemble, conduire des actions dans les « périphéries existentielles », promouvoir là où chacun se trouve des actions en faveur de la protection de l’environnement, de la paix et autres… La responsabilité est confiée à la créativité de tous ceux qui, avec leurs  communautés paroissiales ou diocésaines respectives,  se reconnaissent compagnons de route pour donner vie à une Eglise plus vivante et à une humanité plus fraternelle.

Pardonne-nous (et à eux) nos offenses

Pardonne-nous (et à eux) nos offenses

20140908-01« Et cela nous est finalement aussi arrivé. Dans cette Italie de la crise, dans laquelle la presse enregistre une augmentation des vols en rue, dans les voitures et les maisons, notre cas allait lui aussi s’ajouter à celui de milliers de gens qui se sont retrouvés avec des habitations ou des véhicules cambriolés de fond en comble. Alors que nous rentrions d’une belle journée passée dans un parc aquatique avec nos filles, nous nous sommes rendu compte qu’au parking, quelqu’un s’était introduit dans notre voiture. Un rapide contrôle et la somme des dégâts est bien vite répertoriée : la serrure avait été forcée, les clés de la maison ainsi que tous les documents avaient été volés. De plus, les voleurs – de toute évidence des professionnels – avait fait de façon à ce que nous nous rendions compte du vol le plus tard possible : ils avaient enlevé le GPS de la boite à gants pour prendre les documents qui étaient en-dessous, puis l’avaient remis à sa place. Nous avons tout de suite mis en route les démarches nécessaires : avertir la police en premier lieu, faire la déclaration ; avertir nos voisins pour qu’ils soient attentifs aux va- et -vient éventuels autour de notre maison et le lendemain matin, nous avons pris nos dispositions pour changer toutes nos serrures de la maison, opération qui n’a pas particulièrement été indolore au portefeuille, même si nous avons pu affronter cette dépense grâce à un montant qui nous était parvenu la veille : un remboursement inattendu de la part de l’école où travaillait mon épouse Sonia. Le montant dépensé pour le changement des serrures était pratiquement le même que celui que nous avions reçu sur notre compte. Nos filles avaient naturellement vécu avec nous ce bouleversement familial et c’est pour cela que nous avons voulu en parler avec elles. Se souvenant de la phrase du Notre Père : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés », le sujet de conversation sur le thème du pardon a donc été abordé tout naturellement. Nous nous sommes dit que c’était vraiment l’occasion de pardonner non seulement en paroles mais avec le cœur et sans garder de rancœur. La Parole de Vie du mois nous a également aidés. Nous avons récité tous ensemble une prière justement pour « nos » voleurs, tout en laissant à nos filles le soin d’y adhérer ou non. Elles ont tout de suite accepté. Nous avons demandé que ces personnes se convertissent. Cela a été un moment fort et intense d’unité en famille, suivi d’un beau dialogue sur la justice et le sens du pardon. Pour nous parents, ça a été l’occasion d’être des témoins crédibles. Quelques jours après, à midi, alors que nous étions en train de prier pour la paix avec nos filles,  une d’entre elles nous demande : “On peut prier encore pour les voleurs ? “». Source Città Nuova online