Mouvement des Focolari

Le mouvement des Focolari et les abus, un engagement ferme pour la protection de la personne

Avr 14, 2023

Nous vous proposons l'entretien réalisé par Adriana Masotti de Vatican News avec Joachim Schwind, focolarino et membre du Conseil général du Centre international des Focolari.

Nous vous proposons l’entretien réalisé par Adriana Masotti de Vatican News avec Joachim Schwind, focolarino et membre du Conseil général du Centre international des Focolari. Ces jours-ci a été publié sur le site international du mouvement, le premier rapport sur les cas d’abus de mineurs et d’adultes vulnérables, ceux de type spirituel et ceux d’autorité, survenus en son sein. Ce rapport présente non seulement des données sur les signalements d’abus, mais aussi des mesures de réparation, de nouvelles procédures d’enquête et des activités de formation pour la protection intégrale de la personne. Dans l’interview, Joachim Schwind, focolarino prêtre et membre du Conseil général, explique le chemin entrepris. « Nous vous écrivons pour rendre compte publiquement des données recueillies relatives aux signalements d’abus et des mesures que nous avons prises en tant que Mouvement des Focolari, en raison du fléau des abus sexuels sur des mineurs et des personnes vulnérables et des abus de conscience, spirituels et d’autorité sur des adultes, qui a également touché notre mouvement ». C’est  ainsi que dans une lettre ouverte publiée sur le site du mouvement, la présidente Margaret Karram et le coprésident Jésus Morán présentent le premier rapport sur la gestion des cas d’abus survenus au sein du mouvement. Ce document, qui sera publié chaque année, intervient un an après que le  GCPS Consulting a été chargé, en 2020, d’enquêter sur les graves cas d’abus sexuels commis par un ex focolarino français, J.M.M., un cas qui a déclenché une prise de conscience du problème et donc la décision d’entamer un parcours, sur plusieurs fronts, pour assurer la prévention et la protection intégrale de la personne dans tous les domaines et milieux où se déroulent les activités des Focolari et pour lutter contre ce crime. Les victimes au centre : la demande de pardon Dans la lettre, la présidente et le coprésident demandent tout d’abord pardon à chacune des victimes  au nom du mouvement tout entier. Ils expriment leur profonde gratitude aux victimes et aux survivants, ainsi qu’aux familles et aux communautés concernées, non seulement en France, mais dans tous les pays où des cas d’abus ont été révélés, car grâce à leur collaboration et surtout à leur courage pour affronter et mettre en lumière ces crimes, le mouvement met aujourd’hui en œuvre de nouveaux engagements et de nouvelles procédures en matière de protection des personnes avec une plus grande conscience. Les personnes victimes d’abus occupent une place centrale et prioritaire dans ce processus. L’écoute, la demande de pardon, l’offre d’aide et le chemin de la réparation sont le point de départ. La nouvelle Commission centrale indépendante Le rapport se compose de plusieurs parties et présente les données sur les abus reçues par la Commission pour le bien-être et la protection de la personne (CO.BE.TU.) depuis 2014, année de sa création et donc de la collecte systématique des signalements d’abus, jusqu’en décembre 2022. Une autre partie est consacrée aux mesures mises en œuvre ou en cours de mise en œuvre, en réponse aux recommandations de l’enquête indépendante menée par le GCPS Consulting. Le texte annonce qu’à partir du 1er mai 2023, la Commission centrale indépendante prendra en charge le traitement des rapports et que la mission de la CO.BE.TU prendra fin. Le rapport présente également le « Protocole pour le traitement des cas d’abus dans le mouvement des Focolari » et les « Lignes de soutien et de réparation financière en cas d’abus sexuels sur des mineurs/adultes vulnérables ». Enfin, il existe un conseil de Vigilance nommé par la présidente et composé d’au moins cinq membres extérieurs au mouvement. Quelques données présentées dans le rapport Selon les données du texte publié, le nombre total de signalements d’abus s’élève à 61. En ce qui concerne les victimes, 17 rapports font référence à des adultes vulnérables, 28 à des jeunes âgés de 14 à 18 ans, 13 à des jeunes de moins de 14 ans, 2 rapports concernent la possession de matériel pédopornographique. Le nombre total d’agresseurs s’élève à 66, dont 63 hommes et 3 femmes. 20 des abuseurs avérés ont été exclus du mouvement, 9 ont fait l’objet de sanctions, d’autres cas sont encore en cours. Enfin, 39 cas se sont produits en Europe, 15 dans les Amériques, 3 en Asie/Océanie et 4 en Afrique. Pour le chapitre sur les abus sexuels, de conscience, spirituels et d’autorité à l’égard d’ adultes, il y a eu 22 signalements, 31 auteurs plus certains non encore identifiés, 12 étaient des hommes et 19 des femmes. La répartition des signalements par zone géographique est la suivante : 16 cas en Europe, 3 dans les Amériques, 2 en Afrique et 1 entre l’Asie et l’Océanie. Un réseau d’accueil et d’écoute des victimes Au sein du mouvement des Focolari, les commissions locales pour le bien-être et la protection des mineurs et des personnes vulnérables seront renforcées ou créées, avec la présence de professionnels dans les domaines de l’aide psychologique, juridique, pédagogique et éducative, chargés de recevoir les plaintes, les témoignages et d’entamer des procédures d’enquête. Les commissions locales pourront également offrir un point d’écoute à toute personne souhaitant partager son expérience d’abus, de violence, de malaise de toutes sortes, et bénéficier – si elle le souhaite – d’un accompagnement pour un parcours ultérieur. Dans certains pays, comme la France, l’Allemagne et d’autres, ces points d’écoute sont déjà actifs. En outre, une commission disciplinaire centrale, composée en majorité de professionnels externes, sera mise en place pour évaluer la responsabilité des responsables du mouvement des Focolari face aux abus de toutes sortes. Schwind : une honte qui exige de grands changements Joachim Schwind est un prêtre du mouvement des Focolari, théologien et journaliste d’origine allemande. Il est membre du Conseil général du Mouvement et coresponsable de la Commission chargée des recommandations du rapport préparé par le GCPS Consulting. A nos micros, il retrace ce qui a été fait sur la question des abus, en commençant par cette enquête et décrit comment les responsables et les communautés du mouvement ont vécu ce qui a émergé : Quel a été le point de départ de ce nouveau parcours pour la protection de la personne ? De quoi êtes-vous partis ? Je ne sais pas s’il faut parler de point de départ, mais plutôt de point décisif. Et c’est sans doute, il y a un an, la publication du rapport de la société britannique GCPS qui a enquêté sur ce cas de maltraitance en France. Ce n’était pas le point de départ car des mesures étaient déjà en place depuis 2011, mais elles étaient absolument insuffisantes, insatisfaisantes. Au contraire, ce rapport a provoqué un grand choc et une grande honte dans tout le Mouvement, pour l’ampleur, pour la durée de cette affaire, pour le nombre de victimes, mais aussi pour l’échec de notre gestion de cette situation, de la coordination de nos structures organisationnelles et gouvernementales. Et la décision de publier ce rapport « sans si…ni sans mais… » était importante, même si certains auraient voulu en discuter certaines parties, mais pour nous, cela signifiait accepter l’humiliation que ce rapport contenait, accepter que nous ne sommes pas meilleurs que d’autres. Mais il faut dire que ce n’est pas notre choix qui est à l’origine de cette décision, mais le courage des victimes qui ont dénoncé et rapporté ce qui s’était passé. Cela a dû être très douloureux d’apprendre les cas d’abus sexuels perpétrés au sein du mouvement. Quelles ont été les premières réactions ? Quelles ont été en particulier les réactions des responsables centraux du mouvement ? Bien sûr, comme je l’ai dit, c’était profondément douloureux, choquant et honteux. Les premières réactions ont été de reconnaître les faits, de demander pardon. Cela avait déjà été fait par la présidente de l’époque, Maria Voce, en 2019 et l’a été à nouveau par la présidente actuelle, Margaret Karam et notre coprésident Jésus Morán. Il n’est pas facile de dire quelles ont été les réactions d’un mouvement mondial, car nous sommes répartis dans le monde entier, dans tous les contextes culturels, et nous avons donc connu toute la gamme de réactions : le choc, l’incrédulité, la honte, mais aussi la recherche d’une justification. Il y a eu ceux qui ont essayé d’expliquer la situation comme un cas particulier, en disant que les auteurs étaient malades, que ces choses ne nous touchent pas, ou qu’elles ne concernaient pas leur propre pays, etc. Il y a eu de la colère, la colère de parents qui avaient confié leurs fils, leurs filles, au mouvement. Il y a eu quelques personnes qui ont quitté le mouvement, d’autres qui ont voulu faire la lumière sur ces situations, il y a eu ceux qui ont senti qu’ils devaient faire quelque chose et ensuite « tourner la page ». Et dans ce contexte, ce que notre coprésident nous a dit lors d’une réunion est très révélateur : « il faut lire cette page jusqu’au bout avant de la tourner ». Face à cette réalité, quelles décisions ont été prises, tout d’abord en ce qui concerne les plaintes qui avaient été déposées ? La première chose que nous avons faite au niveau des responsables a été un pèlerinage réalisé  ensemble, avec une liturgie de demande de pardon, de réconciliation devant Dieu. Nous avons mis en place une Commission, dont je suis membre, qui avait pour mission de préciser les étapes à suivre. Beaucoup d’entre nous, à commencer par la présidente et le coprésident, ont cherché à entrer en contact avec les victimes et je dois dire personnellement que les contacts avec les victimes ont été les choses les plus précieuses de tout ce parcours. La décision la plus importante a peut-être été la réforme de la Commission indépendante chargée d’enquêter sur les cas d’abus. La partie la plus évidente et la plus importante de cette réforme est que, désormais, tout abus sexuel sera signalé aux autorités judiciaires. Dans les pays où il existe une obligation de signalement, le signalement est fait immédiatement dès qu’il nous parvient et, lorsque la loi ne le prévoit pas, une sorte d’enquête et de vérification de la vraisemblance est effectuée ; une fois que cela est fait, le signalement est transmis aux autorités judiciaires. Ensuite, avec la réforme de cette Commission, nous avons essayé d’accélérer les procédures, toujours en pensant aux victimes, qui ne doivent pas attendre trop longtemps lorsqu’elles ont eu le courage de porter plainte. Nous avons également essayé de libérer cette Commission d’autres tâches, notamment celle de la formation, afin que toutes les procédures se déroulent plus rapidement, tandis que la formation est confiée à une Commission spéciale. Ensuite, nous avons mis en place des points d’écoute dans différents pays pour faciliter les dénonciations, car il n’est souvent pas facile de trouver le courage de le faire. L’autre front d’engagement a été la prévention des abus et la formation à la protection intégrale de la personne, de tous les membres du mouvement. Il y a eu une mobilisation importante à ce sujet…. Bien sûr, la prévention est peut-être le point le plus important, et dans ce contexte, nous avons également été aidés par des experts extérieurs, car après la publication du rapport de la GCPS, nous   été tentés de tout mettre en œuvre, mais il y avait aussi le risque de nous perdre un peu dans la mer de mesures que nous voulions prendre. Il nous a été conseillé de nous concentrer avant tout sur la création de lieux sûrs au sein du mouvement, c’est-à-dire de faire en sorte que les espaces, les réunions et les lieux du mouvement soient des espaces sûrs. Bien sûr, la sécurité à 100 % n’existe jamais, mais nous devons à tout prix accroître l’attention et la sensibilisation de chacun, ce qui nécessite formation, formation, formation. Notre choix a été non seulement de poursuivre la formation des formateurs, des éducateurs et des animateurs, qui était déjà en place, mais aussi de créer des parcours de formation pour tous les membres du mouvement, et nous avons lancé le défi très ambitieux que, dans un délai de deux ans, tous les membres du mouvement des Focolari doivent avoir suivi au moins un cours de base pour la prévention et la protection des mineurs contre les abus sexuels. Non seulement les abus sexuels à l’encontre de personnes vulnérables, mais aussi les abus spirituels et d’autorité. Cela est également mentionné dans le rapport publié. Et là, nous entrons dans un domaine peut-être plus subtil, plus difficile à décrypter. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ? Comment se présentent-ils et y a-t-il eu des plaintes à ce sujet ? Il est très important de parler d’abus spirituels, d’autorité, de pouvoir, de la conscience. Important parce que les abus sexuels sont presque toujours des abus de pouvoir. Le problème sous-jacent n’est donc pas la question de la sexualité, mais précisément l’abus de la conscience, l’abus spirituel, l’abus de dépendances liées au pouvoir. Et il est vrai, comme vous le dites, qu’il est très difficile de déchiffrer ce qu’est l’abus spirituel. Déjà, le terme n’est pas encore clair et bien défini et je pense que cela se reflète aussi dans le nombre relativement faible de ces cas que nous avons publié dans notre rapport. Il y a un chemin à parcourir, qui a commencé, et les points d’écoute que j’ai déjà mentionnés nous y aideront. Il y a aussi les personnes qui ont été victimes d’un abus de pouvoir et qui ne veulent pas faire un rapport à une commission, mais qui demandent à parler à ceux qui leur ont fait du mal. Elles demandent une médiation, un entretien, peut-être même un chemin vers la réconciliation. Et puis il y a les autres qui n’ont pas encore trouvé le courage de dénoncer. Dans tout cela, je pense qu’un changement de culture est très important, et pour nous, il y a eu un moment très significatif lorsque, en septembre dernier, les dirigeants du Mouvement de toutes les régions du monde se sont réunis dans notre Centre international avec le Conseil général, et pendant plusieurs jours nous avons parlé de nos expériences, nous avons pris le courage d’écouter, le courage de parler, et nous avons essayé de créer une nouvelle culture d’ouverture, d’écoute, de narration. Là aussi, nous avons besoin de formation, d’une distinction entre le for interne et externe, comme le pape le conseille à l’Église, d’une formation à la conscience, d’une formation à la prévalence absolue de la dignité humaine. Nous savons que le pouvoir comporte toujours un risque, c’est pourquoi notre chemin est entamé et nous sommes encore en train de l’affiner. Il faut revoir les procédures de choix des dirigeants et maintenant il y a beaucoup plus d’implication de la base dans le choix des candidats, et puis il faut aussi qu’il y ait une alternance dans les fonctions de gouvernement.

Qu’est-ce que cela signifie pour le mouvement des Focolari de rendre publique la question des abus ? Il aurait pu aussi choisir de ne pas le faire… Quel message veut-on envoyer ? Je ne dirais pas que nous voulons envoyer un message avec ce rapport, car cela pourrait donner l’impression que nous voulons soigner notre image. Je pense que nous devons d’abord demander pardon à chaque personne qui a souffert de l’inadéquation de nos formes de gouvernement, de contrôle, de responsabilité. Ensuite, nous devons remercier ceux qui ont trouvé le courage de dénoncer et de nous faire ressentir leur colère. C’est surtout à eux que nous voulons dire, avec la publication de ce rapport, qu’ils ne l’ont pas fait en vain et que le chemin de notre conversion et de notre réparation n’a fait que commencer, mais qu’il va durer. Et je pense que l’un des signaux les plus forts de ce rapport est le simple fait qu’il s’agit du début d’une série, car nous nous sommes engagés à publier un tel rapport chaque année à partir de maintenant. Cela permet aux victimes et à l’opinion publique de suivre et de contrôler notre parcours, y compris au sein de notre mouvement, et cela nous forcera à ne jamais abandonner.

                                                                                                                                                     Adriana Masotti – Cité du Vatican Source : Vatican News

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

S'abonner à la lettre d'information
Leave this field blank

Mot du jour

Articles connexes

Ne soyons pas en paix tant que nous n’aurons pas mis en œuvre la paix !

Ne soyons pas en paix tant que nous n’aurons pas mis en œuvre la paix !

Margaret Karram, présidente du mouvement des Focolari, est intervenue lors du Genfest 2024 à Aparecida (Brésil) sur le thème de la paix. Son intervention s’inscrivait dans le cadre d’un moment consacré à ce thème et à l’engagement des jeunes à la construire partout sur la terre.

Suivez le Genfest 2024 en direct

Suivez le Genfest 2024 en direct

Vous pouvez suivre en direct le Genfest 2024 d'Aparecida, Brésil. Pour accéder à la chaîne Youtube, cliquez sur l'image et choisissez la langue (italien, anglais, espagnol, portugais, français). Horaires (Italie) Samedi 20 : de 13:45 à 15:45 22:00 à 24:00 Dimanche 21...