Parole de Vie – Janvier 2020

 
« Ils nous ont témoigné une humanité peu ordinaire » (Actes 28,2)

                     

« Ils nous ont témoigné une humanité peu ordinaire »

Après deux semaines à la dérive, 276 naufragés débarquent sur une île méditerranéenne. Épuisés, terrorisés et impuissants contre les forces de la nature, ils ont vu la mort en face. Parmi eux se trouve un prisonnier qui doit être soumis à Rome au jugement de l’empereur. Cette chronique ne provient pas des journaux de notre époque, mais du récit de l’apôtre Paul, conduit à Rome, où son martyre couronnera sa mission d’évangélisation.

Prisonnier, mais animé par son incroyable foi en la Providence, il a réussi à soutenir tous ses compagnons d’infortune jusqu’à leur débarquement sur une plage de Malte. Là, les habitants les accueillent, les restaurent et prennent soin de chacun d’eux. À la fin de l’hiver, trois mois plus tard, ils leur donneront le nécessaire pour repartir en sécurité.

 « Ils nous ont témoigné une humanité peu ordinaire »

Paul et les autres naufragés rencontrent l’humanité chaleureuse et concrète d’une population qui n’a pas encore connu la lumière de l’Évangile. Sans préjugés, les habitants ont su se mettre au service de leurs hôtes. Un tel accueil requiert l’engagement personnel de chaque membre de la communauté. La capacité d’accueillir appartient à l’ADN de chacun qui, comme créature, porte en lui l’image du Père miséricordieux, même si la foi chrétienne est encore absente ou quand elle est affaiblie. Cette loi, écrite dans le cœur humain, est valorisée par la Parole de Dieu depuis Abraham1 jusqu’à la révélation bouleversante de Jésus :

« J’étais un étranger et vous m’avez recueilli. »

Le Seigneur lui-même nous offre la force de sa grâce, afin que notre volonté fragile parvienne à la plénitude de l’amour chrétien. Le récit de l’expérience de Paul nous apprend également la confiance en l’intervention providentielle de Dieu, et à apprécier l’amour concret de tous ceux qui croisent notre chemin.  

« Ils nous ont témoigné une humanité peu ordinaire »

Ce verset du Livre des Actes des apôtres a été proposé par les chrétiens de diverses Églises de l’île de Malte, comme mot d’ordre pour la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens en 20203. Ces communautés chrétiennes maltaises soutiennent de nombreuses initiatives en faveur des pauvres et des migrants : distribution de nourriture, vêtements, jouets. Et nous, comment témoignons-nous de l’amour de Dieu auprès de nos frères? Comment contribuons-nous à l’édification de familles unies, de villes solidaires, de communautés véritablement humaines ?

Voici ce que suggère Chiara Lubich :

« Jésus nous a montré qu’aimer signifie accueillir l’autre tel qu’il est, comme Lui l’a fait pour chacun de nous. Accueillir l’autre avec ses goûts, ses idées, ses défauts, sa différence. Ce qui signifie lui faire place en nous, débarrassant notre cœur de toute méfiance, de tout préjugé et instinct de rejet […]. Nous ne donnons jamais autant de gloire à Dieu qu’en nous efforçant d’accepter notre prochain. Car alors nous mettons les bases de la communion fraternelle et rien ne donne plus de joie à Dieu que l’unité vraie entre les hommes. L’unité attire la présence de Jésus parmi nous, présence qui transforme tout. Approchons donc chaque prochain avec le désir de l’accueillir de tout cœur et d’établir avec lui, tôt au tard, une relation d’amour réciproque. »

Letizia Magri et la Commission Parole de Vie